Histoire 354 : Ne pas succomber à la folie de l’amour

Fiction moderne librement inspirée de la mythologie grecque

Mélissandre est une jeune médecin tout juste diplômée qui se trouve confrontée à une impasse en ce qui concerne sa vie sentimentale. Depuis peu, elle sort avec Philippe, un officier de marine qui passe beaucoup de temps en mer et n’est donc pas réellement présent dans la vie de la jeune femme. De plus, Alice, la meilleure amie du trentenaire, prend un malin plaisir à gâcher leur histoire et ce depuis qu’elle a appris qu’une des folles nuits d’amour du couple s’est déroulée chez elle. Parfois aidée de son frère Pierre, ils forment un duo infernal qui met Mélissandre dans des situations incongrues. C’est ainsi que Mélissandre décide de se confier à sa mère, dont elle apprécie l’objectivité et les conseils avisés.

UNE FILLE AU COURANT DES CHOSES DE LA VIE

Ma mère a toujours été très protectrice avec moi ; c’était le cas dans mon enfance ; c’est encore le cas maintenant que je suis adulte et que je ne vis plus chez mes parents. Elle a essayé à sa manière et par tous les moyens de me protéger contre la dure réalité de la vie, voire contre moi-même. Pour ce faire, elle se mit, dès que j’atteignis un âge assez mûr, à m’enseigner tous les sujets qui puissent exister, du comportement quotidien jusqu’aux techniques de séduction des hommes. La drogue et l’alcool ont rapidement fait partie de mes problèmes  et je peux vous assurer que ce n’était pas très joli à voir. Je le sais, beaucoup d’entre vous me diront que cela est une bonne chose que ma mère ait choisi cette éducation mais je ne m’en plains pas. Je me plains plutôt de la forme de ces conversations. Avouons-le, une discussion simple sera irremplaçable pour parler de choses sérieuses. Ma mère, elle le faisait à sa manière. Pour elle, une “conversation” devait être unique dès lors que le fond était important et surtout crucial pour mon éducation ; c’est pour cette raison qu’elle créait toutes ces aventures. Pour vous donner un exemple, la première tentative de ma mère se fit lors de mon seizième anniversaire : la conversation était une chasse au trésor dans toute notre demeure. Le trésor était un préservatif et les indices qui devaient m’aider à le trouver étaient les conséquences de relations sexuelles non protégées: « MST » m’avait emmenée dans la salle de bain, « enfants » à ma chambre… Oui, ma mère est très spéciale.

Cependant, toutes ces attentions avaient eu pour effet de me faire mûrir plus rapidement et de me faire prendre conscience que, pour faire la fierté de mes parents, je devais aussi leur faire confiance. C’est ainsi que je me suis ouverte plus facilement à eux. Ils apprirent donc la date exacte où je perdis ma virginité, celles de ma première cigarette et de mon premier verre et bien d’autres déboires d’adolescente. Dans ce contexte, il était alors normal pour moi de révéler à ma mère ma situation actuelle, j’avais besoin d’elle et de ses conseils pour réussir à sortir la tête de l’eau. Il lui fallut moins d’un mois pour me répondre et je fus surprise de découvrir que cette fois-ci elle avait décidé de le faire de manière simple : elle m’écrivit une lettre.

LA RÉPONSE DE LA MÈRE OU LA MÉDIATION DU MYTHE

Ma chère Mélissandre,

Cela fait environ un mois que tu m’as parlé de tes soucis de cœur et je te prie de m’excuser du temps qu’il m’a fallu pour te répondre. Pendant ce laps de temps, je dus me faire violence pour ne pas venir chez toi et te mettre dans une nouvelle aventure. Ton père ne voulait pas que je te fasse une scène, surtout maintenant que tu es une adulte accomplie. C’est pour cela que je t’écris cette lettre. Dans cette situation, tu as besoin d’une mère simple et objective. Je te donne ainsi cette solution arrangeante mais expliquée à ma manière. J’espère que tu trouveras une réponse ou du moins une aide dans ce que je vais te raconter. Pourtant, garde à l’esprit que cette histoire est un mythe qui fut remanié et qui diffère selon les documents  sur lesquels tu peux le trouver.

Méduse était, comme tu dois sans doute le savoir, l’une des trois gorgones présentes dans la mythologie grecque et sans doute la plus célèbre d’entre elles. Elle connut une histoire tragique qui débuta dans une situation confuse, puisque nombre de mythographes se perdent en ce qui concerne le début. Ils se retrouvent cependant sur un point : Méduse, avant de devenir ce monstre, était une très belle mortelle qui était convoitée par mille amants. Pourtant, elle était la seule à connaître la souffrance de la vieillesse et le risque de la mort malgré une ascendance divine. Avec ses deux sœurs Sthéno et Euryale, elles étaient les petites-filles de Gaïa et Pontos. Pourtant, Méduse se retrouva être la seule à faire partie du commun des mortels. Cela ne l’empêcha pas de faire de l’ombre au domaine des dieux. En effet, certains récits disent que son funeste destin fut scellé lorsqu’elle voulut rivaliser avec Athéna. Sa transformation fut alors due à la déesse mal de vengeance. Les serpents furent, notamment, un moyen de détruire la somptueuse chevelure dont Méduse se vantait.

Néanmoins, cette réécriture ne t’aidera pas dans ton cas, alors j’utiliserai l’alter ego de cette histoire : Poséidon, le dieu de la mer, y figure. Reprenons alors le tout avec celui qui, d’après moi, gâcha la vie de la jeune femme.

Méduse était une belle femme qui était convoitée par mille amants, faisant chavirer les cœurs grâce à sa magnifique chevelure. Qu’elle soit prêtresse du temple d’Athéna ou non, son petit monde bascula lorsque Poséidon découvrit son existence. Il tomba rapidement amoureux de la mortelle et voulut la faire sienne, la posséder, comme toutes les autres, le temps d’une nuit. Il se transforma alors en oiseau et l’emmena dans le temple d’Athéna ; là, ils prirent leurs aises et eurent une nuit d’amour au sein même du temple de la déesse. Je souhaite préciser que, parfois, les écrits parlent d’un viol. Ne souhaitant pas te donner des frayeurs en parlant de cette part sinistre de l’histoire, je voudrais plutôt te faire garder à l’esprit que ces deux personnages, le temps d’une nuit, se sont aimés. Seulement, tout se complique après ce doux moment. Athéna, furieuse et outrée par cette nuit blasphématoire, se vengea sur Méduse en l’enlaidissant. Elle qui était si belle devint hideuse. Ses cheveux devinrent un nid de serpents entrelacés ; ses yeux se dilatèrent et devinrent froids et vides de toute émotion. Je pourrais continuer à te parler des métamorphoses que Méduse subit pour devenir cet ignoble hybride, mais là n’est pas la question. Je finirai par dire que le plus navrant de ces changements fut de lui donner un visage capable de pétrifier les gens. Son visage qui autrefois attirait chaque regard était maintenant évité comme la peste. Méduse devint alors le fléau que connut l’histoire. Plus tard arriva Persée, petit-fils  du roi d’Argos, qui vint à elle suite au défi du roi Polydecte. Ici encore, les avis sont partagés : la raison de sa venue provient peut-être d’Athéna elle-même. Il vint seul mais il était aidé par les Dieux : Athéna lui remit son bouclier, Hermès lui fit don de ses sandales ailées et il est même question d’Hadès lui offrit un casque d’invisibilité. Ne nous attardons cependant pas sur les détails : intéressons-nous juste au fait que Persée réussit sa quête et décapita la gorgone. De son corps mort sortirent Pégase et Chrysaor : deux descendants de Poséidon, deux enfants d’une nuit maudite. Ainsi se termina la vie terrestre de Méduse. Cependant, son pouvoir persista à travers sa tête coupée, continuant à pétrifier tous les vivants. Persée, après quelques aventures en sa compagnie, la remit à Athéna. Elle l’intégra alors comme élément de son armure : ainsi, tous ses futurs ennemis fuiraient face au visage de Méduse dangereusement inanimé.

Voilà, ma puce, une histoire qui, pour moi, répond au mieux à tes problèmes. Il est vrai qu’elle n’est pas très réjouissante et que tu pourrais te perdre en ce qui concerne la finalité de tout cela, mais ne me blâme pas. J’ai voulu te répondre le plus rapidement possible pour te rendre le sourire, mais je voulais aussi que tu comprennes tout l’enjeu de ta position. Si cela n’est pas le cas, je te dirai donc tout simplement ma façon de penser en ce qui concerne ta situation. Je ne veux pas te laisser encore plus confuse.

Mélissandre, tu es une jeune femme belle, indépendante et forte. Tu ne dois pas t’apitoyer sur ton sort et tu dois te battre contre l’injustice. Philippe a tout autant de torts que toi : il doit aussi payer sa dette. Vous vous êtes mis dans cette situation ensemble et il doit se faire pardonner, ou du moins contrôler les agissements de son amie. Votre histoire débute mal et j’ai peur qu’elle ne finisse de même. Il est de son devoir de faire en sorte de remettre de l’ordre dans ce chaos. Tout comme Méduse et Athéna, son amie Alice ne devrait pas uniquement se focaliser sur toi : elle devrait s’expliquer avec toi et son ami. Je pense que Philippe devait connaître son caractère ou ses principes. Il a donc une grande part de responsabilité dans cette histoire. Pourtant, je ne souhaite pas que mon opinion entrave votre relation ; si jamais celle-ci devait se poursuivre, je pense que je me dois de te dire qu’il ne faut pas t’inquiéter. S’il te rend heureuse, alors peu importent tes choix : ton père et moi le seront aussi. En espérant que cette missive puisse t’éclairer ou te montrer la marche à suivre pour continuer ta vie le plus sereinement possible et sans souffrance.

Avec toute notre tendresse,

tes parents qui t’aiment tous les deux.

MÉLISSANDRE SERA-T-ELLE MÉDUSÉE ?

Je m’étais mise à pleurer sans m’en rendre compte, prenant conscience de l’amour que me portaient mes parents et de la confiance qu’ils plaçaient en moi. Ils m’aimaient et me soutenaient, qu’importe les problèmes ou la distance, ils seraient toujours à mes côtés. Mes larmes cessèrent et ma détermination à renverser la balance prit plus d’ampleur que mon côté sentimental. Ma mère avait raison, tout cela n’avait que trop duré. Je devais mettre un terme à cette tyrannie : les coups bas d’Alice et de son frère devaient se finir ce soir. Retrouvant rapidement mon téléphone, je devais résoudre le dilemme : soit je devais appeler Athé… Alice et lui faire face seule, soit contacter Philippe pour obtenir son aide. Mes doigts pianotèrent seuls le numéro de mon choix :

« -Allô, Philippe ? C’est moi, Mélissandre, il faut qu’on parle… ».

(à partir de 14 ans)

Avis aux lecteurs

De tout ce que j’ai pu écrire dans ma vie, cette histoire me prit plus de temps que les autres puisque la condition d’utiliser un mythe était assez contraignante. Après tout, la plupart des histoires de la mythologie grecque se terminent mal ou débutent dans le sang et les larmes, ce qui complique la situation. En effet, il est très compliqué pour moi d’écrire des histoires tristes, puisque pour moi, l’écriture est un moyen de recréer un monde plus beau, un monde qui n’appartiendrait qu’à moi. J’espère que cette histoire vous aura plu, en ce qui me concerne j’ai été ravie de la composer.

Webographie

JODRA, Serge. Méduse (mythologie grecque). Encyclopédie gratuite Imago mundi [en ligne]. 2004-2014. [consulté le 10/08/2016]. Disponible sur : http://www.cosmovisions.com/$Meduse.htm.

Mythologie grecque : les Gorgones. Portail des civilisations anciennes [en ligne]. [consulté le 10/08/2016]. Disponible sur le web : http://mythologica.fr/grec/gorgone.htm.

Mythologie grecque : Persée (1). Portail des civilisations anciennes [en ligne]. [consulté le 10/08/2016]. Disponible sur le web : http://mythologica.fr/grec/persee.htm.

Persée – Wikipédia. [consulté le 10/08/2016]. Disponible sur le web : https://fr.wikipedia.org/wiki/Persée.

Méduse (mythologie) – Wikipédia. [consulté le 10/08/2016]. Disponible sur le web : https://fr.wikipedia.org/wiki/Méduse_(mythologie).

Bibliographie

OVIDELes métamorphoses. Georges Lafaye trad, Jean-Pierre Néraudau dir. Paris : Gallimard, 1992. Folio, 2404.

Image à la une : Détail d’une mosaïque représentant une tête de gorgone (musée de Naples). Photographie prise par Codex. Disponible sur : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Gorgone-Naples.jpg.

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.