Un samedi chez Dionysos

Le petit Dionysos, avec l’aide de son ami Apollon, envisage d’organiser une fête, et ce, malgré l’interdiction de ses parents. Mais lorsque la soirée bat son plein, la fête tourne au fiasco : quels sont ces bruits étranges venus du fond du jardin ? Les amis de Dionysos sont-ils en sécurité ? À vous de le découvrir…

(lecture dès 6 ans)

Une nouvelle idée

Dionysos est un petit garçon qui aime s’amuser et faire la fête. Il aime particulièrement le théâtre. C’est pourquoi, dès qu’il en a l’occasion, il invite tous ses petits camarades, et ensemble, ils inventent des comédies qu’ils reproduisent devant Sémélé et Zeus, les parents de Dionysos.

Tout se passait très bien jusqu’au jour où Apollon, le meilleur ami de Dionysos, proposa à ce dernier d’organiser une fête plutôt qu’une pièce de théâtre, un peu lassé de toujours faire la même chose. Dionysos trouva l’idée géniale : il imaginait déjà comment préparer les festivités. Mais d’abord, il fallait qu’il demande l’autorisation à ses parents, et ça, ce n’était pas gagné. Les parents de Dionysos appréciaient que leur fils puisse exprimer sa créativité, ils étaient un très bon public face à ses pièces de théâtre. Mais pour le laisser organiser une fête, ils se montraient un peu plus réticents.

Le lendemain à l’école, pendant la récréation, Dionysos et Apollon discutaient :

« Alors, tes parents sont d’accord pour que tu fasses une fête samedi après-midi ?

– Non pas vraiment, en plus, ils ne sont pas là du week-end…

– Justement, ils ne seront pas là pour t’en empêcher ! »

Dionysos était hésitant. D’une part, c’est vrai qu’il aimerait changer un peu d’activité, et puis ce serait un bon moyen de se rapprocher d’Ariane, une fille de sa classe qu’il aime bien. Mais d’autre part, oserait-il braver l’interdiction de ses parents ?

« Allez, de toute façon ils n’en sauront rien ! »

Dionysos céda.

Le grand jour

Lorsque vint le jour de la fête, Dionysos était impatient. Ses parents, qui pourtant ne se doutaient de rien, lui firent une mise en garde :

« Nous devons nous absenter ce week-end, mon chéri. On t’a prévu une baby-sitter, elle devrait bientôt arriver. On compte sur toi pour l’aider à la maison et être sage avec elle. Tu n’auras qu’à lui jouer une de tes pièces, ça pourrait être amusant ! »

Sémélé et Zeus lui déposèrent une bise sur le front et s’en allèrent. Apollon arriva quelques secondes plus tard. Mince ! Ils n’avaient pas prévu que quelqu’un viendrait garder Dionysos ce week-end. Que faire ? Il était hors de question d’annuler la fête, d’autant plus que toute l’école avait été invitée…

Quand la baby-sitter arriva, elle eut à peine le temps de sonner à la porte que les deux petits garçons lui bondirent sur elle avec un drap et des cordes ; ils la ligotèrent et l’enfermèrent dans un placard de la maison. Dionysos promit de lui apporter à manger et à boire de temps en temps.

Les deux enfants s’empressèrent de préparer la maison : décorations, cotillons, déguisements, il ne restait qu’à servir les mets, et attendre les invités.

Le déroulement de la fête

La première à arriver était Ariane. Elle était très impressionnée par ce que les garçons avaient fait : la maison était habillée de guirlandes, et la table pleine de gâteaux plus appétissants les uns que les autres, de chips, et surtout de jus de raisin.

Les invités arrivaient un à un ; les festivités commençaient enfin. Apollon s’occupait de la musique. C’était un domaine dans lequel il se sentait à l’aise.

Tout se passait très bien : tous les enfants s’amusaient, dansaient, riaient. Ils couraient partout: autour de la table, dans le jardin, entre les danseurs et les danseuses. Dionysos, qui était un peu angoissé au début, se sentait maintenant tout à fait rassuré. Apollon fit passer des slows. Ariane, comme pour remercier Dionysos de l’avoir invitée, lui proposa de danser avec lui. Enlacés mais distants, les deux jeunes discutaient. Ariane lui fit remarquer qu’elle passait un très bon moment, et à la fin du slow, elle lui fit une bise sur la joue. Dionysos rougit. Apollon ria de sa réaction, puis il invita tout le monde à aller dans le jardin, afin de faire une partie de cache-cache géante dans les vignes, tellement étendues qu’on aurait dit un labyrinthe.

Le labyrinthe

Dans les vignes, tous les enfants se dispersèrent. Dionysos et Apollon devaient tous les retrouver. Toutefois, il commençait à faire sombre et les vignes étaient vraiment très grandes, on s’y perdait. Apollon s’amusait comme un fou, mais Dionysos prit peur. Les deux garçons se séparèrent, afin d’être plus efficaces dans leurs recherches. Au bout de presqu’une heure, Dionysos n’avait trouvé personne d’autre qu’Ariane. Ils cherchèrent donc le reste du groupe ensemble, ils marchaient en discutant. Tout à coup, ils entendirent des bruits étranges : on aurait dit des grognements. Au début, les enfants pensèrent à une farce d’Apollon, alors ils ne s’inquiétèrent pas plus que ça. Mais au fur et à mesure qu’ils s’éloignaient dans les vignes, les grognements se faisaient plus forts. On aurait dit ceux du Minotaure. Ne sachant pas où ils allaient, ni qui était là, les deux enfants prirent peur et se mirent à courir en criant. Dionysos prit la main d’Ariane pour l’aider à aller plus vite. Épuisés, ils cessèrent de courir et se cachèrent au milieu du champ de vignes. Ariane rappela à Dionysos qu’Apollon et les autres étaient toujours dans le labyrinthe. Dionysos se posait plein de questions : avaient-ils eux aussi entendu les grognements ? Étaient-ils en sécurité ? Ou quelqu’un s’était-il perdu ?

Les enfants décidèrent de reprendre leurs recherches, mais la première personne qu’ils virent n’était ni Apollon, ni leurs camarades. C’était la baby-sitter. Dionysos l’avait complètement oubliée ! Elle avait réussi à se libérer des cordes et à sortir du placard sans que personne ne l’aperçoive. Pour se venger, elle avait eu l’idée de les suivre à travers les vignes pour leur faire peur. Elle effraya d’abord Apollon, puis chacun des autres enfants, et les fit courir en direction de la maison. C’est Ariane et Dionysos qu’elle trouva en dernier.

Tout est bien qui finit bien

Une fois tous les enfants repartis, la baby-sitter proposa un plan à Dionysos :

« Je ne dirai rien à tes parents, à la seule condition que tu m’aides à tout nettoyer. »

Alors ils se mirent ensemble à tout ranger, à tout débarrasser. Le lendemain soir, lorsque Sémélé et Zeus rentrèrent, ils purent constater que la maison était très propre. Lorsqu’ils arrivèrent dans le salon, ils virent Dionysos jouer une pièce de théâtre pour la baby-sitter. Une fois cette dernière partie, les parents de Dionysos, très fiers de voir que tout s’était bien passé, lui proposèrent comme récompense d’organiser une fête le week-end suivant. Dionysos se remémora les grognements dans le jardin, la peur qu’il avait ressenti. Il imaginait que ses camarades ne voudraient plus revivre une telle situation.

« Non merci, je n’en ai plus trop envie, finalement. »

Résumé

Dionysos et Apollon organisent une fête malgré l’interdiction des parents de Dionysos. Ils se lancent dans une partie de cache-cache dans le jardin, mais ils entendent des grognements et prennent peur. La baby-sitter, préalablement enfermée dans un placard pour le bon déroulement des festivités, a également su profiter de la fête.

Sur le web

Mythologie grecque : Dionysos (1). Portail des civilisations anciennes [en ligne]. [consulté le 24/05/2016]. Disponible sur le web : http://mythologica.fr/grec/dionysos.htm.

Image à la une : Satyre tendant une grappe de raisin à Bacchus enfant. Verre-camée, 1re moitié du Ier siècle. Provenance : Italie. Photographie prise au Petit Palais (Paris) par Bibi Saint-Pol. Disponible sur Wikimedia Commons : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Satyr_Bacchus_Petit_Palais_ADUT00240.jpg.

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.