Perséphone, une fleur aux Enfers

Alors que le monde est heureux, fleuri et paisible, le fils du roi des Enfers, Hadès, vient bousculer cette sérénité. Pour briser sa solitude au Royaume des Morts, il enlève Perséphone, la fille de la déesse de la Nature Déméter. Affolée, cette dernière néglige les champs pour retrouver sa fille. Les hommes connaissent alors une période de famine, qui ne pourra cesser seulement si Déméter retrouve son calme, et sa fille…

(Lecture pour 6 ans et plus)

Des temps heureux

Il y a très longtemps, les hommes vivaient harmonieusement sur la terre, ils cultivaient tout au long de l’année beaucoup de fruits et de légumes et élevaient de nombreuses bêtes. La nature prospérait. Cet âge d’or était possible grâce à la déesse que l’on appelait la Mère de la Nature : Déméter. C’est elle qui s’occupait de faire fleurir les jardins, cultiver les champs…

Cette déesse avait une fille, nommée Perséphone. C’était une enfant d’une grande beauté, qui faisait le bonheur de sa mère. Déméter n’avait jamais été aussi heureuse que depuis cette naissance, et cela se ressentait sur la Terre : les paysans avaient des récoltes abondantes, ne manquaient de rien. La nature leur fournissait tout ce dont ils avaient besoin. Perséphone grandissait et s’épanouissait, à l’instar de la nature dont sa mère s’occupait avec attention.

Une mère aimante protectrice

Déméter, habituée à la fourberie des dieux, décida d’écarter sa fille, afin qu’elle ne soit pas convoitée par l’un d’entre eux. Elle l’éleva discrètement, sans attirer l’attention. Mais Perséphone était une petite fille curieuse, elle voulait découvrir le monde.

– Maman, laisse-moi sortir ! Toutes mes amies se retrouvent dans les champs et la forêt, elles cueillent des fleurs et me montrent leurs bouquets. J’aimerais aller avec elles, s’il te plaît !

Déméter avait fini par accepter, non sans mettre en garde sa fille :

– Ne parle pas aux inconnus, ne t’aventure pas trop loin dans les bois, reviens toujours avant que la nuit ne tombe !

Perséphone respectait les consignes données par sa mère. Elle profitait de ces après-midis passés avec ses amies, au soleil, à cueillir de belles fleurs, manger des fruits… découvrir la nature. Elle allait et venait à travers les forêts et les champs, s’amusait, mais s’éloignait toujours lorsque ses amies parlaient à des inconnus, suivant les instructions de sa mère.

La solitude d’Hadès aux Enfers

Les Enfers sont un endroit obscur, où les morts errent, obéissant à celui qui les dirige comme un roi, Malus, le père du petit Hadès. C’est le frère de Zeus, qui règne sur la Terre, et de Poséidon, qui se charge des mers. Mais son fils Hadès est très seul, dans les Enfers, et s’ennuie. Pour s’occuper, souvent, il regarde ce qui se passe dehors, sur Terre.

Un jour, il vit Perséphone. À l’écart de son groupe d’amies, elle avait trouvé des fraises des bois, cachées sous la verdure. Ses amies riaient un peu plus loin, en se prélassant au soleil. Hadès, qui, depuis les Enfers, pouvait tout voir sur Terre, n’arrivait pas à détacher ses yeux de Perséphone.

Les jours passaient et Hadès observait pendant de longues heures Perséphone. Il admirait tout chez elle : son sourire, sa façon de courir dans les champs, sa bonne humeur quand elle jouait avec ses amies… Mais plus le temps passait, plus Hadès avait besoin de la voir, de savoir ce qu’elle faisait, où elle était. Étrangement, elle était devenue comme une amie pour lui ; il passait l’essentiel de ses journées avec elle, il savait beaucoup de choses sur elle, il lui arrivait même de lui parler. Seul problème : jamais elle ne lui répondait. Cela le rendait très triste, il aurait voulu qu’elle soit vraiment son amie.

Lentement, une idée germa dans son esprit : et si Perséphone venait chez lui, aux Enfers ? Il avait de plus en plus envie de l’avoir avec lui, tout le temps, ils pourraient jouer ensemble. Après tout, elle aussi paraissait seule. Même lorsqu’elle était avec ses amies, elle ne parlait pas beaucoup aux autres. Il était sûr qu’ils seraient heureux ensemble. Il s’en était persuadé, et était prêt à tout pour qu’ils soient réunis.

L’enlèvement de Perséphone

Il décida alors de se rendre sur la Terre, avec la ferme intention de revenir aux Enfers accompagné de Perséphone. Arrivé dans la clairière où elle et ses amies se rendaient tous les mercredis après-midis, il attendit. Mais lorsqu’il entendit au loin les rires des filles, il se rendit compte qu’elle ne lui parlerait pas si elle le voyait là. Comme à chaque fois qu’elles croisaient un étranger, seules ses amies discuteraient avec l’inconnu. Vite, il se cache dans la forêt.

Pendant que les filles discutent dans la clairière, Hadès réfléchit à un moyen d’attirer Perséphone. Il regarde autour de lui, et cueille quelques fleurs des bois. Soudain, il sait comment faire : en partant du début de la forêt, il sème les fleurs, en traçant un chemin, jusqu’à un endroit un peu caché. Si elle arrive jusqu’ici, ils pourront discuter, seulement tous les deux. Voilà, il suffit maintenant d’attirer son attention par ici. Il siffle, imitant le chant d’un oiseau, et court se cacher.

Perséphone, intriguée par le sifflement, tourne la tête et essaie de voir l’oiseau. Elle s’approche des bois, scrute les branches, mais ne trouve rien. Ensuite, elle baisse les yeux et aperçoit les fleurs qui tracent un chemin. Elle décide de le suivre, en les ramassant.

Quand elle arrive à son niveau, Hadès sort du buisson où il est caché. Perséphone sursaute et commence à faire demi-tour.

– Attends ! Je ne te veux pas de mal. Je m’appelle Hadès.

Il ne sait pas vraiment quoi lui dire, mais ne veut pas qu’elle s’en aille. Au loin, il entend ses amies qui arrivent.

– Tu n’as pas l’air méchant, mais je ne préfère pas m’éloigner de mes amies. Au revoir !

Il ne peut pas la laisser partir. Sans réfléchir, il lui attrape le poignet et commence à courir.

L’inquiétude d’une mère

Déméter s’inquiète. La nuit est tombée, mais sa fille n’est pas rentrée. Ce n’est jamais arrivé. Elle se rend chez les amies de Perséphone.

– Elle n’est pas rentrée avec nous. On l’a vue s’éloigner dans la forêt tout à l’heure, mais on ne s’est pas inquiétées, elle le fait souvent. Par contre, elle n’est pas revenue, on a pensé qu’elle avait trouvé un autre chemin pour rentrer.

Déméter n’est pas rassurée, elle est persuadée qu’il est arrivé quelque chose à sa fille. Elle passe la nuit à tourner dans sa maison, et dès les premières lueurs du jour, se rend dans la clairière où ses amies ont vu Perséphone pour la dernière fois.

En avançant sur le chemin par où elles l’ont vue partir, Déméter trouve un bouquet de fleurs des bois étalé sur le sol. Elle les ramasse et a un mauvais pressentiment. C’est décidé : elle part à la recherche de sa fille.

Malheureusement, le temps qu’elle passe à chercher Perséphone est un temps précieux qu’elle aurait dû consacrer aux récoltes et à la nature. Tant pis, elle s’en occupera plus tard.

Jeux aux Enfers

– Allez, parle-moi, s’il te plaît. Je ne voulais pas te fâcher.

Perséphone et Hadès sont maintenant aux Enfers. Elle a passé la nuit à pleurer, en pensant à sa mère. Dans quel état elle devait être !

– Laisse-moi repartir. Je ne sais pas qui tu es, je ne veux pas être ici. Laisse-moi rentrer chez moi !

Ses paroles blessent Hadès. Il n’avait pas pensé qu’elle réagirait comme ça. Tout ce qu’il voulait, c’était qu’ils s’amusent ensemble.

– D’accord… Mais d’abord, je veux te faire visiter les Enfers. S’il te plaît, laisse-moi te montrer où j’habite. Ensuite, peut-être que tu comprendras pourquoi je voulais que tu viennes ici.

Perséphone accepte et les enfants se mettent en marche. Le début de la visite est triste : Perséphone ne regarde pas vraiment les lieux, elle veut juste que ce soit fini et qu’elle puisse rentrer chez elle. Mais Hadès lui parle, elle commence à regarder autour d’elle. Tout est sombre, il n’y a pas beaucoup de lumière.

– Tu restes toute la journée ici ? Tu ne sors jamais ? Pourquoi ?

– Mon père n’aime pas que je sois dehors. Alors je regarde par les fenêtres.

Perséphone a pitié d’Hadès. Il n’est pas méchant finalement, il est juste très seul.

– Je ne voulais pas te faire peur en t’amenant ici, ni même te contrarier. J’aurais dû te demander si tu voulais venir jouer avec moi, tout simplement. Désolé.

– Oui, d’accord.

– Quoi « d’accord » ?

– Je veux bien jouer avec toi. C’est toi le chat !

Perséphone s’éloigne en courant. Hadès sourit, et s’élance à sa poursuite.

Les retrouvailles

Perséphone et Hadès passent l’après-midi et la soirée à jouer. La petite fille a oublié que sa mère devait se faire du souci et s’amuse bien avec son nouvel ami. Mais soudain, le père d’Hadès appelle son fils.

– Papa, on est là !

– Comment ça, « on » ? Qui est là ?

Quand le père d’Hadès voit Perséphone, d’abord il n’y croit pas, puis son visage devient tout rouge.

– Hadès… Ne me dis pas que c’est la fille de Déméter ?! Que fait-elle ici ? Tu sais très bien que je ne veux pas que tu amènes des gens ici ! Particulièrement celle-ci, non mais à quoi penses-tu ?

Les parents d’Hadès et Perséphone ne sont pas en bons termes. Cela agace Malus de devoir communiquer avec Déméter, mais sa fille ne peut pas rester, ce n’est pas un endroit sain pour les enfants, même si son fils y grandit. Mais ce n’est pas pareil, Hadès est condamné à rester aux Enfers. Perséphone ne doit pas rester. Elle appartient au monde de la nature, pas de l’obscurité.

Après quelques minutes, le roi des Enfers revient vers les enfants.

– J’ai contacté ta maman. Elle sera bientôt là. Prépare-toi à partir, et ne reviens pas.

Quelques heures plus tôt, cette nouvelle aurait ravie Perséphone. Mais maintenant, elle a envie de pleurer. Elle avait trouvé en Hadès un ami sincère, avec lequel elle s’amusait plus qu’avec ses amies. Elle ne voulait pas partir, et encore moins le laisser seul dans cet endroit obscur.

Les enfants n’osaient plus jouer. Ils attendaient l’arrivée de Déméter. Elle ne mit pas très longtemps. Elle avait passé sa journée à la recherche de sa fille, et dès qu’elle avait été mise au courant, elle avait accouru aux Enfers.

– Perséphone ! Enfin tu es là ! Viens vite, on part d’ici. Je suis si contente de t’avoir retrouvée ! Hadès, tu n’as pas honte, emmener ma fille dans cet endroit lugubre ? Ne t’approche plus jamais d’elle.

Déméter tire Perséphone par le bras.

Le compromis

Perséphone se retourne et voit les yeux d’Hadès se remplir de larmes. Il essaie de les contenir, mais va bientôt craquer. La petite fille s’arrête.

– Perséphone, allons ! Nous rentrons.

– Non, maman, je ne veux pas partir. Ou alors, laisse-moi revenir ! Je me suis fait un ami ici. S’il te plaît, je ne te demande jamais rien, mais laisse-moi le revoir !

Déméter est surprise. Elle n’aime pas cet endroit, et n’est pas enthousiaste à l’idée que sa fille passe du temps ici. Mais la petite la regarde avec insistance ; elle ne lâchera pas l’affaire.

– Bon… Mais cela risque de déranger Malus…

– Du moment qu’ils ne me traînent pas dans les pattes, je m’en fiche.

Déméter lance un regard noir à Malus. Elle s’attendait à ce qu’il refuse.

– Bon, d’accord. Mais pas tous les jours Perséphone !

La petite saute au cou de sa mère. Elle est si contente, elle va pouvoir revoir Hadès !

Depuis, l’humeur de Déméter dépend beaucoup des activités de sa fille. Parfois, la petite reste plusieurs jours aux Enfers ; elle est devenue très proche d’Hadès, et même de son père. Pendant ces périodes, Déméter n’a pas le moral et ne s’occupe pas bien de la Nature. Mais dès que sa fille revient à la maison, elle se rattrape, et la Nature prospère de plus belle.


Résumé

Alors que la déesse Déméter s’occupe de faire prospérer la Nature, le fils du roi des Enfers, le petit Hadès, enlève sa fille, Perséphone. Extrêmement seul, il recherche une amie avec qui jouer. Déméter, paniquée, délaisse les cultures pour rechercher sa fille sur Terre. Mais finalement, Perséphone se plaît aux Enfers. Elle ne veut plus laisser Hadès seul. Il faut trouver une solution, un compromis : la petite a le droit de revoir son ami, de passer du temps aux Enfers, mais cela rend sa mère malheureuse.


 Références :

– Perséphone. In : Vikidia [en ligne]. Créée le 30/05/2009, mise à jour le 01/03/2017 [consultée le 02/04/2017]. Disponible sur le web.

– Perséphone. In : mythologica.fr [en ligne]. [consultée le 02/04/2017]. Disponible sur le web.

– Hadès. In : Wikipédia [en ligne]. Créée le 28/05/2004, mise à jour du 12/03/2017 [consultée le 02/04/2017]. Disponible sur le web.

– Hadès. In : mythologica.fr [en ligne]. [consultée le 02/04/2017]. Disponible sur le web.

Image à la une : photographie de fleurs prise par Alice Porcher (tous droits réservés)

 

Ajoutez un commentaire