Peggy Sue, l’amour des livres et… moi

Ah, les bibliothèques et moi… C’est une longue histoire
J’ai toujours été familière des bibliothèques, qu’il s’agisse du gros meuble en bois massif dans mon salon ou celle, municipale, de ma petite ville de Picardie. Il faut dire que j’ai appris à lire très tôt et ma mère avait à cœur de me faire découvrir tout un tas de livres. Mais je ne vais pas mentir : petite, je n’aimais pas trop la lecture. Elle a dû batailler dur pour arriver à me faire accrocher d’abord à des romans sans images, puis avec de plus en plus de pages. Et pour ceux qui ne la connaissent pas, ma mère est une sacrée tête de mule. Elle donc a fini par parvenir à ses fins un beau jour, lorsque j’ai découvert la série de livres Peggy Sue et les fantômes qui a constitué les fondements de ma première bibliothèque.

Bref résumé de la série mitonné par mes soins

Peggy Sue, cadette de la famille Fairway, voit ce qu’elle appelle les Invisibles, des créatures clairement diaboliques et douées de pouvoirs quasi divins. S’ennuyant ferme sur Terre, elles passent donc leur temps à s’amuser aux dépens des humains, parfois jusqu’à causer leur mort. Malheureusement pour eux, Peggy peut les voir. Pire encore : son regard les brûle. Et le comble ! Un sortilège la protège : il leur est impossible de la tuer pour se débarrasser d’elle. Ils cherchent donc désespérément à l’éliminer par des moyens détournés, en la mettant dans des situations toutes plus incroyables les unes que les autres.

 

Peggy Sue et les fantômes, tome 1, Le jour du chien bleu

© Plon, 2001


La découverte et le désir de lire

Je ne me souviens pas de la façon dont j’ai découvert les premiers tomes de cette série, ni de ce qui m’a tant attiré chez eux. Ce dont je me rappelle en revanche, c’est du coup de cœur instantané que j’ai eu. J’avais huit ans. Moi qui rechignais toujours à finir un livre, j’ai enchaîné les quatre premiers tomes déjà parus en un rien de temps. Et avec le plaisir de lire, j’ai découvert la frustration de l’attente. Impatiente, je trépignais jusqu’à Noël ou mon anniversaire en espérant la sortie d’un nouveau tome et la suite de mes aventures favorites. Car si chaque tome contient une aventure et une histoire bien particulières, en arrière-plan se dessine une intrigue continue tel un fil rouge dans la série, attisant ma curiosité d’enfant. Jamais je n’avais autant attendu et désiré lire que lorsque j’ai découvert cette série.

Peggy Sue, une sorte d’inspiration

Beaucoup d’éléments m’ont fait aimer cette série : les intrigues évoquant le merveilleux, le rêve, parfois la peur ; l’écriture simple et efficace ; l’humour ; les personnages, que ce soit les « gentils » ou les « méchants ». Cependant, je pense que j’ai surtout pu l’apprécier grâce à Peggy Sue. Je me suis identifiée à cette héroïne féminine, malgré ses quelques années de plus. Au début un peu timide, pas très sûre d’elle, considérée comme bizarre par ses camarades de classe, elle a pour seul but une vie normale mise à mal par les Invisibles.
Puis au fur et à mesure des tomes, on la voit mûrir, s’émanciper aussi de sa famille qui de toute façon n’a jamais trop su quoi faire de cette petite fille bizarre qui voit des choses. Cela se lit d’ailleurs non seulement dans le récit, mais aussi sur les couvertures où sa représentation est passée d’une petite fille rousse à lunettes à une jeune fille blonde à queue de cheval. Peggy semble plus débrouillarde, prête à affronter tous les problèmes qu’elle pourrait rencontrer à travers toutes ses aventures. En tant que petite fille, j’ai apprécié de pouvoir me retrouver dans une héroïne telle qu’elle dans ma lecture.

Peggy Sue, moi et les autres

Autre particularité de la série : du tome 3 à 6 on peut trouver à la fin du roman une partie dédiée au courrier des lecteurs. L’éditeur y publiait des extraits de messages que les fans de Peggy Sue envoyait à Serge Brussolo, l’auteur. Personnellement je n’ai jamais écrit, mais l’un des moments favoris de ma lecture consistait à lire ces courriers. Je voulais savoir ce que les autres lecteurs comme moi avaient aimé, qui était leur personnage préféré, etc. Pour la première fois de ma vie, je me sentais membre d’une communauté, où d’autres partageaient mes goûts, et c’était fascinant. Certains écrivaient directement aux personnages comme à de vraies personnes, en s’adressant à eux. Je ne compte pas le nombre de fois aussi où je me suis réellement indignée des messages méchants de ceux qui détestaient la série ! Celle-ci avait réussi à fédérer une vraie communauté de fans et je trouvais formidable d’en faire partie à ma manière.

Les retrouvailles

J’ai fini par délaisser la série quelques années plus tard, après le onzième tome. Peggy Sue avait bien grandi et moi aussi. Maintenant que je m’étais trouvé une passion pour la lecture, j’avais bien d’autres livres à découvrir (la bibliothèque familiale en était remplie !). Mais d’une certaine façon, Peggy Sue et les fantômes a influencé mes goûts littéraires en m’orientant vers le fantastique, la fantasy aux longues séries de 1001 tomes et ses communautés de fans dévoués.
Néanmoins, il y a quelques mois de cela, alors que je cherchais une nouvelle lecture, ma toute première bibliothèque m’a fait de l’œil. J’y ai replongé la tête la première. J’ai relu les premiers tomes avec mes yeux de jeune adulte, avec un mélange de nostalgie et de nouveauté. Ce nouveau regard m’a permis de comprendre la dureté de thèmes ou de situations évoquées que je n’avais pas réalisée plus jeune : le rejet de Peggy par sa propre famille à cause de sa différence, la violence dans certains tomes (dans le premier tome, les Invisibles manipulent l’esprit des parents pour qu’ils voient des porcelets au lieu de leurs enfants et les dévorent). Finalement, cette relecture m’a fait réaliser que ces livres lus quand j’étais petite sont beaucoup moins enfantins qu’ils n’en n’ont l’air. Dans mon cœur, ils occupent une place particulière et sont le symbole de mon apprentissage de l’amour de la lecture. C’est pourquoi aujourd’hui, ils sont toujours sur la petite étagère débordant de livres de ma chambre. C’est pourquoi ils y resteront toute ma vie. Excepté les jours où je les relirai !

PeggySue Ma première bibliothèque

Mes tomes de Peggy Sue et les fantômes

Bibliographie

BRUSSOLO, Serge. Peggy Sue et les fantômes : le jour du chien bleu. Paris : Plon, 2001. 289 p. : couv. ill. en coul ; 23 cm. ISBN : 2-259-19430-3 (broché)

Image à la une : Jeune fille au livre, par Pietro Rotari. Disponible sur Wikimedia commons

 

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.