Nostalgie

Bibliothèques…

Je ne me souviens pas de ma première bibliothèque. Je me souviens de MES premières bibliothèques, car oui, j’étais chanceuse, il y avait plusieurs bibliothèques à la maison.

Aussi loin que je me rappelle, j’ai été entourée de livres. Mes parents, grands lecteurs, me laissaient piocher dans leur trésor, sans censure. Bien sûr, javais mes propres livres, mes romans à moi. Quand arrivaient les grandes vacances, alors je réalisais que j’allais pouvoir m’adonner à l’un de mes plus grands plaisirs, lire. Ainsi, j’avais le choix entre les grands classiques, Balzac, Hugo, Proust, et tant d’autres encore et les ouvrages d’histoire, de philosophie, de psychologie… sans oublier le contenu de ma bibliothèque immatérielle, mes romans jeunesse, mes documentaires. Je dis « immatérielle » car elle n’en était pas encore une véritablement.

…à partager

Les livres s’empilaient dans ma chambre, les uns sur les autres, par ordre de taille ou de couleur. Et puis un jour… Je rentre de l’école, en fin d’après-midi, et que ne découvré-je pas, dressée le long du long mur de ma chambre ? MA bibliothèque !!! Enfin… je dis que c’était la mienne, mais je devais la partager, ainsi que son précieux contenu, avec ma sœur cadette.

Par chance, lorsque nous avons déménagé pour investir une belle maison, j’ai hérité de la plus grande des chambres. Ainsi, c’est dans celle-ci que fut monté le fameux meuble, cette grande bibliothèque en bois brut, large, haute, très grande. Oh ! ce n’était pas du bois précieux, non ! Juste un assemblage de planches montées les unes avec les autres. Mais enfin ! J’avais MA bibliothèque !

Tout y fut soigneusement classé. Les romans avec les romans, les encyclopédies avec les dictionnaires, et les contes avec les contes. Pas par auteur, pas par ordre alphabétique. Non, de manière aléatoire. Pour pouvoir m’y plonger au hasard de mes envies. Bien sûr, ma sœur y avait un accès total , car nous partagions nos lectures : Bibliothèque rose, romans jeunesse, bandes dessinées, magazines auxquels nous étions abonnées… Nous faisions même de petits concours pour savoir laquelle de nous deux lirait le plus. Le plus d’œuvres, le plus vite… Nous échangions également nos regards sur nos lectures préférées, et avions d’âpres discussions pour savoir qui d’elle ou moi avait raison, sur tel bouquin, sur tel auteur.

Puis j’ai grandi. Déménagé. Laissé ma bibliothèque chez mes parents. Laissé derrière moi ce bien précieux. Je n’ai rien jeté, tout fut archivé au grenier par mes parents. Un jour, je suis devenue maman d’un petit garçon. Le petit garçon a grandi. Il s’est mis à lire. Alors j’ai pu lui confier toute ma collection d’ouvrages en tout genre. D’abord les livres jeunesse, puis les romans, les BD, tout ce qui était susceptible de lui plaire. Hélas, le meuble ne m’a pas suivie, il est resté chez mes parents. Désormais il est vide.

Image à la Une : photo libre de droits, Pixabay.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *