Nos étoiles contraires , de John Green

Nos étoiles contraires, c’est un récit abordant le thème de la maladie chez deux d’adolescents, Hazel Grace Lancaster et Augustus Waters. Elle se bat depuis trois ans contre un cancer de la thyroïde, alors que lui semble en rémission. Tous deux passent beaucoup de temps ensemble. Ils partagent le même humour et le goût de la littérature, s’échangeant à l’occasion leurs coups de cœur littéraires. Hazel lui fait découvrir Une impériale affliction, un roman qui l’intrigue et pour lequel elle connaît une certaine obsession. S’en suit une histoire d’amour naissante entre les deux adolescents. Et un voyage à Amsterdam pour rencontrer Peter Van Houten, l’auteur un brin antipathique d’Une impériale affliction.

Nos étoiles contraires de John Green

© Nathan, 2013.

Un roman surprenant…

Ce roman contemporain de John Green a été édité en 2012, sous le titre The fault in our stars. Il a été traduit l’année suivante en langue française, par Catherine Gibert aux Éditions Nathan, sous le titre Nos étoiles contraires. La première et la quatrième de couverture du roman s’apparentent davantage à une revue de presse. Elles sont principalement constituées de critiques et d’impressions de lecture, et ne proposent pas de synopsis. Les couleurs, plutôt vives, contrastent avec le thème développé par l’auteur, à savoir la maladie chez l’adolescent.

Le roman aborde des problématiques difficiles dans une tonalité plutôt sombre sans pour autant tomber dans le désespoir. En effet, John Green y mêle les thèmes de la vie, de la maladie, de la mort, de l’amour et de l’amitié, avec une dose d’humour et d’ironie. En un mot, l’auteur montre un certain art pour raconter la vie telle qu’elle est, en révélant tout à son lecteur, même les moments les plus difficiles. Mais ce qui fait le succès de ce roman, ce sont surtout les deux adolescents, deux personnages forts, émouvants, matures et pleins d’humour face à la maladie.

La maladie chez l’adolescent : un thème difficile à aborder

L’histoire d’Hazel et Augustus s’apparente à celle de jeunes adolescents tombant amoureux l’un de l’autre. À ceci près qu’ils sont atteints d’un cancer et que leur vie n’est pas celle d’adolescents de leur âge. Nos étoiles contraires est un récit fictionnel qui aborde le thème de la maladie chez l’adolescent : il y est question de cancer, d’amputation d’un membre, de perte de la vue, etc. La maladie n’est pas sous-entendue dans le récit. Au contraire, elle est explicitement évoquée et reste très présente. L’utilisation d’un vocabulaire médical renforce cette idée et donne au récit un aspect réaliste. De plus, le lecteur est confronté au quotidien d’un malade atteint d’un cancer : il assiste à ses rendez-vous chez des spécialistes, à ses prises de médicaments, à ses déplacements accompagnés d’une bonbonne de gaz, à ses passages à l’hôpital, etc. Tout au long du récit, l’auteur aborde des thèmes proches de la maladie, comme celui de la mort, de l’absence de l’autre et de la perte de l’être aimé. John Green donne, de ce fait, à ses personnages l’image d’adolescents matures qui ont conscience de s’engager dans une relation dont le temps est compté.

Tu m’as offert une éternité dans un nombre de jour limité, et j’en suis heureuse 1

dira Hazel à Augustus.

L’auteur prend ainsi le parti de ne rien cacher à ses lecteurs, dévoilant le côté sombre de la vie de la jeune fille. Il ne verse cependant jamais dans le pathos, puisque plusieurs passages sont empreints de touches d’humour. Parfois décrit comme de l’«humour macabre» dans le récit, il permet aux personnages de dédramatiser la maladie. En effet, les adolescents s’amusent de leur pathologie, allant même jusqu’à jouer sur le fait qu’elle peut leur apporter des avantages. C’est d’ailleurs ce qu’ils appellent un «cadeau cancer»2. L’auteur fait ainsi le choix de représenter des adolescents malades mais optimistes, et qui ne cherchent pas à inspirer la pitié. Ce qui les amène à faire preuve d’humour noir, et de se moquer d’eux-mêmes. D’ailleurs, la maxime du groupe de soutien, lors duquel Hazel et Augustus se rencontrent, renvoie à l’idée de vivre sa vie plutôt que de la subir :

Vivre aujourd’hui le meilleur de notre vie3.

L’importance de la littérature pour un adolescent

Nos étoiles contraires c’est aussi l’importance de la littérature et notamment d’un livre dans la vie d’une personne. La littérature est le fil conducteur du récit, dans le sens où tout semble converger autour d’elle. En effet, John Green représente des adolescents qui montrent un certain goût pour la littérature et la lecture. Tous les deux aiment lire et échanger autour d’une œuvre fictive, Une impériale affliction, et de son auteur. Le lecteur ne sait pas grand-chose de ce roman, si ce n’est quelques éléments énoncés brièvement dans le récit : noms des personnages, citations de certains passages du roman, fait que le roman n’ait pas de fin, etc.. Nos étoiles contraires a ainsi la particularité de traiter de l’importance d’un livre pour un individu. On peut dire que les deux adolescents vont construire leur histoire grâce au roman de Peter Van Houten. Ils vont vivre une aventure qui va les amener à rencontrer l’auteur pour l’interroger sur la fin du roman. En un sens, la littérature devient pour les deux adolescents, une source d’espoir, puisqu’elle leur donne un but : en apprendre plus sur le devenir des personnages et surtout comprendre pourquoi le roman se termine au milieu d’une phrase.
Plus encore, ce roman fictif est en un sens une mise en abyme de la vie d’Hazel. En effet, Une impériale affliction est l’histoire d’Anna, une jeune lycéenne qui évoque sa vie et son combat contre le cancer. Ainsi, John Green semble montrer comment un livre peut avoir de l’importance, comment il peut bouleverser une personne. Hazel va d’ailleurs développer une certaine obsession pour l’histoire et ses personnages. Et c’est cette particularité qui rend le récit de John Green si particulier et haletant. Au fil des pages, le lecteur est divisé entre l’envie d’en apprendre plus sur le devenir des deux adolescents et l’envie d’en connaître davantage sur l’histoire et les personnages d’Une impériale affliction.

Nos étoiles contraires c’est aussi un roman empreint de références culturelles, littéraires et cinématographiques. Dès le titre du roman, qu’il soit d’origine ou traduit, John Green fait référence à l’œuvre de William Shakespeare. Le titre original, à savoir The fault in our stars, est issu de l’acte I de la scène 2 de la pièce Jules César, lorsque Cassius dit à Brutus :

The fault, dear Brutus, is not in our stars.

En français, l’expression « nos étoiles contraires » est tirée de la pièce Roméo et Juliette, lorsque le chœur dit :

  A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d’amoureux.

John Green fait également des références subtiles à l’art de Magritte, des références à la philosophie, ainsi qu’à des philosophes célèbres, et des références historiques, par exemple à travers la visite de la maison d’Anne Franck). Il est aussi question de poésie. Elle est notamment présente à travers la récitation et la lecture de poèmes fictifs, comme le poème La brouette rouge d’un certain William Carlos Williams.

En un sens, John Green dresse le portrait de deux adolescents qui se montrent avertis dans le domaine de la créativité, de l’écriture et de la lecture.

Pour aller plus loin :

A partir de 13 ans.

Ce roman porte la mention de la loi n°49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

Pour en savoir plus sur John Green, consultez la biographie de l’auteur réalisée par Babélio ou celle du site officiel de l’auteur.

Références bibliographiques :

GREEN, John. Nos étoiles contraires. Catherine Gibert (trad.). Paris : Éd. Nathan, 2013. ISBN 978-2-09-254303-0


1 Voir p. 274, Nos étoiles contraires.

2 Voir ibid. p. 203.

3 Voir ibid. p.23.

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.