« Mi-Homme-Mi Femme, je veux devenir un être universel »

 

À partir de 15 ans

Ρaris, le Marais, 5ème étage d’un immeuble « bobo », c’est là que vivent Adèle et Jeanne, jeunes trentenaires en couple depuis maintenant six ans. L’année dernière, elles ont adopté Manon, 10 ans, ravie d’avoir deux mamans. Si pour la petite fille cela ne pose aucun problème, en classe, fusent les critiques et les rires moqueurs des autres enfants. Les deux jeunes femmes se sont résolues à prendre les choses en main… À travers la narration du mythe d’Hermaphrodite revisité, elles vont tenter, une fois de plus, de changer les mentalités.

À l’heure du goûter…

La sonnerie de l’école retentit, 17h30, l’heure pour tous les parents d’attendre leurs petits monstres au portail. Manon arrive en courant et s’empresse d’embrasser Adèle puis Jeanne, un peu étonnée que ce soir elles soient toutes les deux venues la chercher.

Tout à l’heure on va rencontrer ta maîtresse, tes amis et tous leurs parents, on va leur raconter une histoire, lui confie Jeanne à l’oreille.

Surexcitée à l’idée que ses mamans découvrent son univers, ses dessins et tous les points verts sur ses interrogations, Manon se précipite vers Sylvie la maitresse pour lui annoncer la bonne nouvelle. L’institutrice déjà prévenue, lui sourit chaleureusement et la charge de regrouper tous ses camarades pour remonter en salle de classe. Les élèves de CM2 de Mme Sylvie s’empressent de former un beau rang, les parents font de même mais beaucoup moins sagement. Une foule de points de vues contrastés s’apprête à écouter Adèle et Jeanne, l’agacement est palpable chez certain « il y en a qui travaille demain, on a autre chose à faire » d’autres, encore, toisent les deux jeunes mamans d’un regard plein de ressentiments. Il y a des sourires aussi, compatissants, comme si elles étaient atteintes de la pire des maladies…

L’enfant brillant et convoité

On ne va pas passer par quatre chemins

lance Jeanne avant même que tout son public ait pris place,

de toute façon tous les chemins mènent à Rome, tente Adèle pour radoucir l’atmosphère.

Après un long silence et des sourires gênées, la petite Manon rattrape le coup

on veut l’histoire !!

« Il était une fois… » Jeanne observe un à un ses interlocuteurs comme pour s’assurer de leur écoute, et reprend  : « un jeune homme qui venait de fêter ses quinze printemps. Sa mère, Paule, était surnommée Aphrodite, son teint laiteux rappelait celui d’une déesse et faisait ressortir ses pommettes roses et sa chevelure d’or. Son père, Henri, était né lui aussi très beau et avait un courage et une détermination sans faille. Il n’était parti de rien mais avait ouvert sa société avec son épouse dans les années 2000 ; aujourd’hui les chiffres enregistrés par l’entreprise Hermès étaient très prometteurs. Tous deux co-fondateurs et directeurs marketing, ils ne trouvaient et ne prenaient pas le temps nécessaire pour voir leur enfant grandir. Paul-Henri, mélange des noms de ses deux parents, était pourtant un enfant brillant, premier de sa classe, prodigieux pianiste et il avait surtout la plume et la naïveté d’un futur Rimbaud. Sa beauté juvénile et son talent faisaient de lui le garçon le plus convoité du collège. Toutes les filles s’émoustillaient devant ce bel Apollon des temps modernes, lui demandant même parfois de leur signer des autographes. Si Paul-Henri était flatté, il ne comprenait pas pourquoi les garçons, eux, ne s’intéressaient pas à lui. Il tentait de se faire une place dans l’univers masculin, jouant au foot, discutant filles et jeux vidéo, mais il ne se sentait jamais réellement intégré.

  L’anniversaire      

Le 15 juin, avait lieu l’anniversaire d’Isabelle, la fille la plus réputée, appréciée et enviée. Richissimes, ses parents lui prêtaient chaque année pour l’occasion la maison familiale et sa piscine chauffée. Le jour venu, Paul-Henri arriva un peu en avance et prit le temps de contempler les statues des naïades qui entouraient le bassin. Il reconnut notamment la belle Salmacis qui, ayant jeté son dévolu sur le pauvre Hermaphrodite, s’était vu devenir mi-homme/mi-femme. Quelques minutes plus tard, lorsque tous les jeunes convives furent arrivés et qu’ils se dévêtirent pour enfiler leur maillot de bain, Paul-Henri, victime de bouffées de chaleur, ressentit un agréable mais douloureux malaise. Il regardait ses camarades un par un et se trouva malgré lui attiré par Pierre puis par Noémie et enfin par Gustave. Tout son corps explosait, des frissons de passion traversaient l’échine de son dos, ses mains tremblaient, il exaltait. »

STOOOOP, il y a des enfants dans la salle, on arrête tout, ce n’est pas possible, c’est de la pornographie votre histoire, on vous accorde notre temps et vous pervertissez nos enfants !  hurle une maman, choquée, à travers la salle.

– On ne vous oblige pas à rester si l’amour vous offusque. Nos enfants entrent dans le secondaire l’année prochaine, ils auront naturellement eux aussi leurs premiers émois amoureux, lui répond calmement Adèle.

– Continuons, reprend Jeanne, inébranlable.

Salmacis ou Isabelle, quand mythe et réalité s’entremêlent

Ainsi, le petit Paul-Henri n’y comprenait rien, ses parents n’avaient jamais pris le temps de lui expliquer que l’on pouvait aimer à la fois les hommes et les femmes. Vers 18h, alors que tous les convives étaient partis et qu’il ne restait plus qu’Isabelle et Paul dans la piscine, la belle glissa ses mains autour de sa taille lui caressant doucement le dos. Il tenta de s’échapper de l’étreinte de la jeune fille mais celle-ci insista

J’aimerai être unie à toi toute la vie, que tu restes collé à moi comme en ce moment et que personne ne puisse nous séparer.

Le jeune homme, effrayé d’être sous l’emprise d’une créature blonde semblable à la statue de Salmacis les surplombant, cria qu’il ne voulait pas d’elle. D’un ton sec et méprisant elle lui rétorqua que, comme c’était son anniversaire, il n’avait pas le choix. Isabelle, dangereuse créature dont  les attraits rappelaient ceux de Pandore,  colla alors sa bouche gluante de gloss pailleté sur les lèvres de Paul-Henri. Bientôt, leurs chevelures blondes emmêlées ne formèrent plus qu’une masse uniforme. C’est en plein milieu de cet ébat que les parents du garçon sonnèrent à la porte pour venir enfin chercher leur fils avec plus d’une heure de retard. Le jeune homme se précipita hors du bassin, prit ses vêtements d’une main,  et courut rejoindre ses parents sous les mots pressants d’Isabelle

à demain, mon petit Dieu !

La société pose ses interdits

Rentré chez lui, Paul-Henri s’empara des Métamorphoses d’Ovide dans la bibliothèque familiale, s’enferma dans sa chambre et relut le mythe d’Hermaphrodite. Nombreux sont les passages qui lui rappelèrent cette après-midi qui avait été traumatisante pour lui. À 22h, ses parents, s’inquiétant tout de même de ne pas avoir vu leur fils depuis bientôt quatre heures, vinrent le retrouver dans sa chambre. Paul-Henri, en pleurs, était inconsolable. C’était bien la première fois que ses parents le voyaient pleurer, et peut-être aussi l’une des premières fois qu’ils montaient dans sa chambre lui parler. Il leur raconta son après-midi, mais ne saisissant pas vraiment les raisons de sa tristesse, son père préféra aborder un sujet qui lui était plus familier.

Oh ! Tu lis le mythe d’Hermaphrodite, je l’adore moi aussi !

Paul-Henri fixa son père d’un air grave, et lui dit

Tu sais, papa, le problème ce n’est pas que je n’aime pas Isabelle, c’est que j’aime Gustave aussi et que Noémie m’attire ; je voudrais être comme Hermaphrodite, être à la fois homme et femme pour pouvoir jouir de la beauté de tous les êtres de cette terre .

Abasourdi, son père ne sut que répondre mais se promit que dorénavant il aborderait la problématique des genres et de la sexualité avec son fils.  

Un mythe universel qui délie les langues

Voilà, c’est terminé, je vois qu’il ne reste plus beaucoup de monde dans cette salle mais j’aimerais un retour de ceux qui restent, repriend Jeanne, un peu triste de constater que les politiques actuelles de sensibilisation sur les notions de genre et de sexualités avaient apparemment eu peu d’impact sur les mentalités.

–          Je l’ai trouvé cool cette histoire, moi aussi j’aimerais bien être Hermaphrodite pour rester un garçon mais savoir aussi comment pense une fille ! dit en rigolant Léopold, sous le regard désabusé de sa mère.

–          Je trouve ça très intéressant de parler de la liberté sexuelle à travers un conte. C’est une façon très pédagogique d’aborder les choses, souligne l’institutrice.

–          Votre histoire m’effraye un peu, je ne suis pas contre l’homosexualité, mais la transsexualité ou la bisexualité, faut pas aller trop loin, un monde trop libre et c’est la décadence ! s’inquiète une mère de famille.

Chacune des douze personnes restantes a donné son point de vue sur cette histoire. Elle n’a pas révolutionné les manières de penser mais elle a permis un début de dialogue et de réflexion autour de sujets complexes mais majeurs de notre société. Hermaphrodite écrit par Ovide est un mythe narrant la transformation d’un jeune homme en un être mi-homme mi- femme. Il dénonce la cruauté divine et non la violence morale et parfois physique infligée aux personnes homosexuelles, bisexuelles, transsexuelles… Cependant, reprendre cette métamorphose m’a paru être un bon moyen de témoigner sur ce débat au cœur de l’actualité. Des changements et transformations doivent être opérés pour permettre à tous de choisir librement son orientation sexuelle. Métamorphosons ensemble le monde !

Résumé

Hermaphrodite est un enfant né des amours d’Hermès et d’Aphrodite, il est élevé par les Naïades. Il décide, à 15 ans, de quitter le Mont Ida pour parcourir l’Asie Mineure. Sa curiosité l’emmène près d’un Lac dans la ville de la Carie où demeure la nymphe Salmacis. Pris au piège par la naïade tombée amoureuse de lui, le corps d’Hermaphrodite est, par le pouvoir de dieux, uni à tout jamais à celui de Salmacis. Aujourd’hui, tous ceux qui se baignent dans le lac y ressortent mi-homme, mi-femme.

Ressources

  • OVIDE. Les Métamorphoses. Trad. L.PUGET,T.GUIARD,CHEVRIAU et FOUQUIER, annotations d’Anne VIDEAU. Paris : Le livre de poche, 2010. Classiques. ISBN : 978-2-253-08903
  • DELAUNAY, Alain.  Hermaphrodite. In :  Encyclopædia Universalis [en ligne], [consulté le 23 avril 2018]. Disponible sur le web : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermaphrodite/
Image à la une : Hermaphrodite et la nymphe Salmacis par Bartholomeus Spranger. Disponible sur Wikimedia commons

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.