L’Odyssée de Télémaque

Théo est un jeune garçon ordinaire. Alors qu’il pense passer une nuit tranquille, il se retrouve happé dans un monde antérieur où monstres et sorcières sont au rendez-vous. Saura-t-il affronter ses peurs ? Saura-t-il réunir assez de courage pour aider Télémaque à retrouver son père ? À vous de le découvrir.

(à partir de 9 ans)

 Le rêve

Il est 21 heures. Théo, âgé de 14 ans, est dans son lit en train de regarder un album photo. Il sourit en voyant la photo de son père et lui lorsqu’il avait 6 ans. Ils avaient été au parc. Que de bons souvenirs en y repensant ! Aujourd’hui, tout semble différent. Son père combat en Irak. Théo ne sait pas s’il le reverra un jour. Il commence à pleurer et sa mère entre dans sa chambre. Elle le prend dans ses bras pour le rassurer et lui dire qu’il ne faut pas perdre espoir. Son père reviendra un jour. Sa mère dépose un bisou son front de Théo et sort de sa chambre. Théo continue à regarder les photos jusqu’à celles de leur voyage en Grèce. C’était un super voyage. Théo avait adoré l’histoire du retour d’Ulysse.

Théo referme l’album photo et le pose sur sa table de chevet. Il éteint la lumière après avoir programmé son réveil. Il ferme doucement les yeux jusqu’à tomber dans les bras de Morphée. Tout à coup, il est réveillé à cause de bruits de métal qui s’entrechoquent. Quand il ouvre les yeux, il découvre qu’il n’est plus dans sa chambre. Il est allongé sur le sol. Il se lève doucement et regarde autour de lui. Il y a plusieurs soldats qui semblent charger un bateau. « Une galère » pense Théo. Ces soldats portent une cuirasse en bronze. Théo s’avance vers eux et leur demande :

Excusez-moi, mais où est-ce que je me trouve ?

– C’est une question étonnante. Vous êtes à Ithaque.

– Ithaque ? Comme la ville natale d’Ulysse ?

– Oui, d’ailleurs c’est lui que nous allons chercher. Il est retenu prisonnier sur l’île de Circé, une sorcière. Si vous ne me croyez pas, demandez à son fils Télémaque. C’est lui qui est à l’origine de cette entreprise.

Théo le remercie et se tourne vers l’homme qu’on nomme Télémaque. Il semble être valeureux comme dans les livres que Théo a pu lire sur Ulysse. Théo ne comprend rien. Il y a peine cinq minutes, il était dans son lit et là il se retrouve à l’époque de la Grèce antique. Il se pince pour vérifier qu’il ne rêve pas mais rien ne se produit. Tout ceci est donc bien réel. Mais comment est-ce possible ?

Un départ mouvementé

Télémaque passe devant Théo sans lui prêter la moindre attention. Il informe son équipage qu’il est bientôt l’heure de se mettre en route. Il vient ensuite saluer une femme d’à peu près quarante ans, sa mère Pénélope, puis il monte à bord du navire et lève l’ancre. Théo entend Télémaque crier :

Mettez les voile ! Le vent nous est favorable et nous fera gagner un temps précieux pour retrouver mon père.

Théo se dépêche alors de monter à bord du bateau. Il aimerait lui aussi retrouver son père. Alors pourquoi ne pas aider Télémaque à retrouver le sien ? Une fois à bord, deux hommes viennent à sa hauteur. Télémaque arrive juste après et lui demande :

Comment t’appelles-tu, étranger, et que viens-tu faire à bord de mon navire  ?

– Je m’appelle Théo et j’aimerais vous aider dans votre quête.

– Puis-je vous faire confiance, Théo ?

– Je n’ai jamais participé à ce genre de quête mais j’en ai toujours rêvé. Je sais aussi ce que c’est d’être séparé de son père. Je ferais tout pour que vous le revoyiez un jour.

– Vous semblez courageux, Théo. Bienvenue dans mon équipage. Veuillez suivre mon second. Il va vous équiper.

Théo s’apprête à suivre l’homme désigné par Télémaque quand le bateau se met à tanguer comme si d’énormes vagues venaient s’écraser sur la coque. Une femme apparaît sur l’avant du navire. Elle est tout de suite encerclée par les matelots. D’un geste de la main, elle arrête les vagues. Elle s’adresse à Télémaque :

 Je me nomme Calypso. Je suis une nymphe, fille d’Atlas. Je connais ton père, Télémaque. Je l’ai retenu sur mon île pendant sept ans. J’ai fini par le laisser partir mais cela l’a conduit tout droit sur l’île de Circé. Je connais ces eaux dans leurs moindres recoins. Je peux t’aider à retrouver ton père.

Télémaque accepte son aide. C’est toujours utile d’avoir quelqu’un à bord qui connaît le chemin.

Charybde ou Scylla ?

Voilà bientôt trois jours que Télémaque et son équipage sont en mer. Le vent souffle toujours pour eux. Tout à coup, un matelot crie qu’il y a un gros rocher au milieu de l’Océan. Télémaque ordonne qu’on le contourne. Calypso vient à sa hauteur et lui dit :

Nous arrivons chez Charybde et Scylla, les gardiennes de l’Océan.

– J’ai entendu parler d’elles, déclare Théo. Charybde engloutit les navires qui passent avant de les recracher en bouillie et Scylla attaque les navires. Il est presque impossible d’en ressortir entier dans les deux cas.

– Existe-t-il un autre chemin ? demande Télémaque à Calypso.

– C’est le chemin le plus rapide, lui répond cette dernière. Cependant, nous pouvons éviter l’une des deux. Si je peux te conseiller, je passerais par Charybde. Cela nous évitera des pertes inutiles et si nous avons de la chance, nous passerons au moment où elle recrache ce qu’elle a englouti.

Télémaque acquiesce et ordonne de mettre le cap vers Charybde. Après quelques heures de navigation, nous arrivons dans le gouffre de Charybde. Tout est calme. Télémaque ordonne à ses hommes de sortir les rames. Tout à coup, un tourbillon se forme à la surface de l’eau. Le navire est entraîné. Les hommes rament de toutes leurs forces. Calypso essaye d’utiliser son contrôle de l’eau pour faire avancer la galère mais rien n’y fait. Ils sont pris dans le piège de Charybde. Alors que tout espoir semble perdu, un vent violent se met à souffler dans les voiles. Le navire sors alors des griffes de Charybde.

Le vent continue à souffler alors que Télémaque et son équipage s’éloignent de Charybde. La pluie commence à tomber. Les vagues deviennent de plus en plus grosses. Théo tente tant bien que mal de suivre les ordre de Télémaque mais tout devient bientôt incontrôlable. La tempête les pousse vers un autre piège : les sirènes.

Un si beau chant pourtant si dangereux

La tempête semble s’être calmée. Calypso indique le nouveau cap à Télémaque. Ils se remettent en route vers l’île de Circé lorsqu’un son lointain se fait entendre. Théo scrute l’horizon dans l’espoir d’apercevoir quelque chose mais rien n’apparaît. C’est alors qu’il comprend d’où provient ce son. Les sirènes approchent. Il crie :

Bouchez-vous les oreilles !

Télémaque part chercher de la cire et commence à en distribuer à ses hommes. Il prend soin d’en mettre dans ses oreilles afin de pouvoir finir la distribution. Seulement une dizaine de personnes ont de la cire dans les oreilles, dont Calypso, lorsque plusieurs membres d’équipage se jettent à l’eau pour rejoindre les créatures aux chants envoûtants. Théo se jette également à l’eau. Lorsque Télémaque l’aperçoit nageant vers les sirènes, il se tourne vers Calypso et lui donne les commandes du navire. Il enlève sa cuirasse et son glaive, et saute. Il nage de toutes ses forces en direction de Théo. Deux sirènes l’entourent déjà. Alors que Télémaque est à quelques mètres de Théo, une sirène lui attrape la jambe droite. Elle essaye de l’attirer dans les profondeurs. Télémaque lui donne un coup de pied, ce qui l’assomme. Il remonte alors à la surface et reprend sa course vers Théo. Arrivé à sa hauteur, il se débarrasse des créatures marines et rejoint le rivage avec Théo. Une fois sur le sable, Théo recrache l’eau qu’il a avalée et remercie Télémaque :

Merci.

– Ne me remercie pas trop vite, déclare Télémaque, inquiet. Nous devions à tout prix éviter cette île.

– Pourquoi ?

– Nous sommes sur l’île des Cyclopes.

Théo n’a pas eu le temps de répliquer qu’une grosse main vient l’attraper. Il se retrouve alors à hauteur de l’énorme œil globuleux d’un Cyclope. Ce dernier agrippe également Télémaque et les emmène dans sa grotte au milieu de son troupeau de moutons.

Aussi rusé qu’un renard

Théo et Télémaque se retrouvent dans la grotte du Cyclope. Sur la route, ils ont appris qu’il s’appelait Polyphème. Ce dernier sort de la grotte et referme l’ouverture avec une grosse pierre. Théo et Télémaque sont alors pris au piège. Théo fait le tour de la grotte et réfléchit à un plan d’évasion. De son côté, Télémaque est songeur également. Il est devant le troupeau de moutons, les bras croisés. Il dit alors :

Mon père m’a toujours dit d’agir avec ruse pour me sortir des mauvaises situations.

– Mon père me disait la même chose, déclare Théo. J’ai peut-être trouvé un moyen de rendre Polyphème inerte pendant quelques minutes.

– Et moi je sais comment sortir d’ici.

Ils mettent leur plan à exécution et attendent le retour de Polyphème. Quelques heures plus tard, le Cyclope revient. À peine entré, il se retrouve à plat ventre inconscient sur le sol. Théo avait eu l’idée d’installer une corde le long de l’entrée qu’il tirerait avec Télémaque pour faire tomber le Cyclope. Ce plan est une vraie réussite. Télémaque s’installe sous un mouton pendant que Théo ouvre la barrière. Ce dernier s’installe à son tour en-dessous d’un mouton. Les animaux, heureux de retrouver la liberté, courent vers l’extérieur. Une fois loin de la grotte, nos deux amis descendent de leur mouton et regagne la plage où Calypso les attend. Ils s’empressent de monter à bord du navire pour que celui-ci s’éloigne au plus vite de cette île maudite.

Retour à la réalité

Voilà maintenant plusieurs jours que Télémaque et son équipage ont quitté l’île des Cyclopes. Ils naviguent sans savoir où ils vont. Ils aperçoivent enfin une terre. Calypso confirme que c’est l’île de Circé. Ils accostent doucement et débarquent. Ils s’équipent et partent à la recherche d’Ulysse. Ils arrivent dans un village abandonné. Ulysse est attaché à un poteau sur la place. Télémaque accourt vers son père pour le libérer. Circé sort de l’ombre et lance des sorts sur Télémaque mais rien ne se produit. C’est Calypso qui empêche Circé de parvenir à ses fins. Elle dit alors à Télémaque :

Pars d’ici avec tes compagnons et ton père. Je vais retenir cette sorcière. Tu n’as plus besoin de moi pour rentrer à Ithaque.

Après réflexion, Télémaque décide d’écouter Calypso. Il libère son père et demande à ses hommes de se replier. Une fois sur le navire, ils se mettent en route. Télémaque remercie Théo pour son aide et prend son père dans ses bras. Théo sourit à la vue du bonheur de son nouvel ami. Tout à coup, tout devient flou et il entend un « bip » agaçant. Il ouvre les yeux et remarque qu’il est dans sa chambre. Tout ceci n’était qu’un rêve, un agréable rêve. Il se lève difficilement et part s’habiller. Il descend pour prendre son petit déjeuner et remarque la présence d’un sac inconnu dans le couloir. Il va dans la cuisine et constate la présence d’un homme. Cet homme se retourne et le visage de Théo s’illumine. Il crie alors :

Papa !

Résumé

Théo est un garçon ordinaire espérant revoir un jour son père parti à la guerre. Un jour, alors qu’il est sur le point d’aller se coucher, il se retrouve happé dans une époque reculée où il fait la rencontre de Télémaque, le fils d’Ulysse. Il se retrouve alors dans une fabuleuse aventure où monstre et sorcière sont au rendez-vous. Théo réussira-t-il à aider Télémaque à sauver son père de l’emprise de Circé ?

Bibliographie

Homère. Odyssée. Victor Bérard (trad.). Paris : Librairie Générale Française, novembre 2015. Le Livre de Poche Classique. ISBN : 978-2-253-00564-3.

Image à la une : Le cyclope Polyphème. Sculpture d’Auguste Ottin. Fontaine de Médicis, jardin du Luxembourg, Paris. Disponible sur Wikimédia commons.

Ajoutez un commentaire