Les jeux… paniques

C’est la catastrophe ! L’endroit n’est plus qu’un champ de ruines. Un futur monument antique qui  sera célèbre et visité plus tard ? Non, juste une « antiquité » dont personne ne se souviendra. Mon œuvre, ma reconversion, tout est …. Quoi, vous ne comprenez pas ce que je dis ? Eh bien, par Zeus, je vais vous raconter comment cette mésaventure m’est arrivée… Oups, j’en oublie même de me présenter. Alors, dans ce cas commençons. Ô Web, muse d’internet,  laisse-moi te narrer ces étranges évènements.

Un CV bien rempli

Moi, Hercule, fils de Zeus et d’Alcmène, j’ai connu beaucoup de tourments et d’épreuves. Pour me « laver » de mes erreurs, douze travaux m’ont été imposés (même si Héra la jalouse y était pour quelque chose). Et c’est mon cousin Eurysthée, méprisable comme tout, qui faisait le choix des tâches à accomplir : un comble pour moi. J’ai étouffé le lion de Némée, tué l’hydre de Lerne, dragon aux multiples têtes, capturé le sanglier d’Erymanthe puis la biche rapide de Cérynie. J’ai abattu de mon arc les oiseaux infestant le lac Stymphale, nettoyé les écuries du roi Augias ( je ne vous parle pas du niveau sanitaire de ses écuries, un désastre !). Ensuite je me suis occupé du taureau de Crète et des juments de Diomède (encore des bovins et des chevaux ?!). J’ai pris la ceinture de la reine des amazones ( puis m’est venue une re-aventure avec les bœufs de Géryon, hors contrat celui-là). J’ai dû ramener le chien Cerbère à mon cousin (qu’est-ce qu’il ont tous à me faire passer des épreuves animalières ?). Mon dernier travail fut de voler les pommes d’or du jardin des Hespérides sous le nez du gardien de l’arbre (plutôt sous son museau car c’était un dragon, immortel en plus) Ce sont là mes douze travaux, une partie de l’ensemble de mes exploits, rien que ça. À Mercurius emplois, ils résument tout une seule feuille nommée CV.  Je désirais donc faire autre chose que de courir à droite et à gauche pour un oui ou pour un non.

Une drôle de reconversion

Mercure m’est apparu dans un songe quelques jours plus tard et je luiai demandé dans quel secteur je pourrais me reconvertir. J’ai payé mille pièces pour entendre sa première idée et il faisait augmenter le tarif à chaque nouvelle question, encore pire si j’osais me plaindre, quel escroc ce dieu. Tant pis pour lui. Si ses propositions sont une mauvaise plaisanterie, alors la prochaine fois, j’irai chez son concurrent qui a un très  bon agent de marketing et de communication : la pythie de Delphes. Le projet de Mercure ? Ouvrir un nouveau stade en Macédoine ou en Thrace (pas trop cher les impôts là-bas il paraît). Le projet me semble tout compte fait intéressant. Je pars donc en Macédoine. Servir du vin dans des pots m’attirera les faveurs des hommes financiers, m’a dit Mercure… Hmmm, il y a anguille sous roche, c’est vraiment honnête ? Le site, je l’ai, ok ;  l’argent, aussi et les matériaux pour construire, idem ; la main d’œuvre, j’ai payé un supplément à Mercure et un… contrat d’assurance. Ce qu’il me reste à réaliser est de trouver des salariés et d’inventer les épreuves sportives. Pas une mince affaire.  Le chantier est confié à Vulcain corporation, une entreprise dirigée par le dieu des forgerons employant des cyclopes.  J’engage des satyres, des nymphes et encore plein d’autres créatures. L’équipe professionnelle me dit qu’ils ont imaginé  les jeux sportifs. Je leur fais confiance à ce moment. Hélas j’étais aveugle sur ce point. L’événement est proche, les places se sont toutes vendues comme des petits pains. Restez ici, lecteurs, lectrices, car le désastre arrive.

Les douze épreuves des jeux paniques

Eh oui, c’est le dieu Pan qui crie les départs, alors j’ai nommé les jeux en son nom : les jeux paniques. Comment ça, c’est étrangement bizarre ? On ne change pas une équipe qui gagne, c’est pareil pour les jeux, je me suis inspiré des noms des jeux sportifs qui avaient cours en Grèce. Il y aura douze épreuves en l’honneur de chaque divinité olympienne.

Première épreuve : les athlètes devront lancer le plus loin le javelot mais ils seront sur un tapis roulant, ça pimentera les choses….. Euh, faites comme si je n’avais rien dit. Certains javelots se sont plantés soit dans les gradins du public, soit le lancer est complétement raté.

Deuxième épreuve : une course ! Les participants se tiennent prêts à partir. Le dieu Pan reçoit le signal de commencer. Il dit

Un, deux, trois, PAN

et les sportifs partent dans une ambiance bruyante venant d’un public enthousiaste. Ils courent, ils courent, puis stupeur, un homme s’arrête en plein élan , les autres continuent et sont immobilisés au même endroit : sur une ligne banche qui s’avère être de la colle. Le public est refroidi.

Troisième épreuve : l’escrime. Les lames sont… molles comme des élastiques. Argh…

Quatrième épreuve : course de chars. Les roues sont acérées de pointes, les concurrents bouillonnant de commencer. C’est un succès, aucun problème : il y a un vainqueur. Seulement, j’apprends que les conducteurs ont disparu : les chevaux des jeux qui ont été achetés étaient les juments de Diomède, animaux équestres carnivores. On ne peut plus récompenser qui que ce soit.

Cinquième épreuve : combat au corps à corps. Tout les hommes sont battus car ils n’osaient pas frapper leur adversaires : des femmes. Les combats étaient tous mixtes.

Sixième épreuve : natation. Un jeu qui aurait pu se dérouler normalement si un petit farceur n’avait pas jeté des méduses dans la piscine.

Septième épreuve : lancer de disque. Aucun impair sauf que…, sauf que… un disque a tranché accidentellement la statue du dieu Apollon. L’individu coupable d’un crime involontaire est transformé en âne.

Panique à bord

Le public ne rit plus, c’est le silence total. Mieux vaut arrêter les jeux. Et l’émeute se déclenche. Tout le monde se rue sur les employés comme sur les athlètes. L’un d’eux prend ses jambes à son cou mais je le rattrape et lui ordonne d’allumer la petite surprise prévue pour la fin des jeux. Il envoie le feu d’artéfact (oui, oui pour vous c’est un feu d’artifice)  qui retombe sur les échoppes  et qui commence à brûler le stade entier. Les spectateurs s’enfuient, suivis des employés. Un pot se met à vibrer, non c’est un tremblement de terre envoyé par Poséidon. La raison pour laquelle il a causé un tel phénomène, je l’apprends plus tard : la statue du dieu de la mer n’avait pas été présente parmi les statues du panthéon. Voilà l’histoire : un enchaînement de catastrophes. Ce qu’il me reste à faire : changer de métier, j’ai peut-être des affinités avec le secteur animalier, qui sait, après tout ?

Résumé

Hercule, fatigué de ses aventures, décide de mettre en place un évènement sportif.

à partir de 12 ans

Bibliographie

GRIMAL, Pierre. Héraclès. In : Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine.15ème éd. Paris : Presses universitaires de France, DL 1951. ISBN 978213050390.

Image à la Une : Hercule terrassant l’hydre de Lerne ; statue exposée aux musées du Capitole à Rome ; photographie prise par Jean-Pol GRANDMONT, disponible sur Wikimedia Commons.

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.