L’apprenti épouvanteur de Joseph Delaney

« Attention! histoire à ne pas lire la nuit… ». Voilà plutôt une mise en garde qui donne envie de ne pas écouter. Alors si comme moi vous êtes curieux et que vous n’avez peur de rien, ouvrez ce livre aux allures de grimoire et plongez dans ce récit monstrueusement captivant de l’épouvanteur !

Un chasseur de peur et de monstres moderne

Thomas Ward, dernier d’une lignée de sept enfants, d’un père lui aussi septième fils, a sur ces jeunes épaules le destin de sauver son peuple. Il devient alors l’apprenti d’un Épouvanteur et va devoir apprendre rapidement comment combattre les spectres, les sorcières et autres démons. Malgré son dévouement, il va malencontreusement libérer Mère Malkin, la sorcière la plus démoniaque de tous les temps et ce n’est que le début du cauchemar…

Un auteur mordu de frissons !

Puisant dans sa profonde imagination, Joseph Delaney nous fait entrer dans un monde où le fantastique est plus que jamais présent.

Delaney, d’origine anglaise est un auteur de science-fiction et d’heroïc fantasy. Il exerce durant ses débuts en tant que professeur d’anglais spécialisé en littérature fantastique. Sa carrière d’écrivain débute avec le livre Mercer’s Whore  sous le pseudonyme de J. K Haderack. Il utilisera son vrai nom et prénom pour le cycle « L’épouvanteur » dont le premier tome paraît en 2005 aux éditions Bayard jeunesse et connaîtra un succès luciférien !

L'apprenti épouvanteur_Joseph Delaney

© Bayard jeunesse, 2005

Un livre monstrueusement captivant

Dès le premier regard face au livre, on se sent comme aspiré par cet in-folio aux allures d’ancien manuscrit. Rien ne vient parasiter notre vision : une première de couverture simple mais efficace, un titre en jaune orangé, mêlé à un fond noir, d’apparence abîmée et une quatrième de couverture persuasive et perverse ! Elle nous conseille de ne pas lire cette histoire la nuit, que certaines scènes sont susceptibles de heurter la sensibilité des plus jeunes, mais à cet âge-là, en tant qu’ados et prés-ados, ne sommes-nous pas provocateurs et défiant toutes les choses qu’on nous demandent de ne pas faire ?

À l’époque de la découverte tardive de ce roman, soit en 2014, je n’ai pas regretté d’avoir ouvert mon portefeuille et d’avoir acheté le premier tome d’une longue suite. Mordue de fantastique et courageuse, je n’ai pas eu peur alors d’ouvrir ce livre et de le conquérir !

Il est simple de s’identifier au personnage principal, Thomas Ward, dernier d’une grande famille, pas spécialement courageux, qui n’a rien de ce qu’on lui demande d’être plus tard : un héros. Et pourtant, comme un adolescent lambda de nos jours, il va se découvrir beaucoup plus de qualités que ce qu’il n’imaginait et va prendre confiance en lui. Narrateurs de sa propre histoire, nous sommes ses yeux et son corps durant la lecture et vivons ses changements comme nos propres changements. Ce livre aborde aussi l’un des sujets phares de la vie d’un adolescent : la peur et la confiance en soi. Certes, il est question de sorcellerie, de démons et autres spectres qui ont hanté notre enfance, mais il est aussi question de comment vaincre ce genre d’émotion. La peur fait partie d’une durée humaine et il est normal de la craindre, car nous sommes pourvus de sensations et de sentiments et affronter la vie en tant que nouvel adulte est affolant. Ward, en quittant son foyer et en allant parcourir les différentes contrées pour sauver ceux qu’il aime, accomplit un choix difficile et fait preuve d’une grande décision d’adulte, comme ceux qui le lisent et qui suivent ces aventures seront amenés à le faire plus tard.

La religion est aussi l’un des thèmes importants du livre. Que ce soit celle de la religion chrétienne ou celle des Grecs de l’Antiquité, les différents dieux et créatures démoniaques font leur apparition un par un pour apporter soit le chaos soit la sérénité.

Rare est la noirceur dans les romans pour ados, et cela, il faut savoir le mettre en avant, car dans ce récit elle est très présente et très précise, pourtant c’est ce que j’ai apprécié. Il faut rappeler que c’est une série « jeunesse » et que les scènes de massacres des bébés par les sorcières sont assez barbares et explicites. Elles peuvent aussi démembrer les humains, bref elles ne sont pas du tout sympathiques… Même les héros principaux sont amenés à prendre des décisions noires et pas du tout cool ! Thomas est impliqué dans ces décisions et doit tuer pour la tranquillité de la Comté aux dépens de ses propres opinions et principes.

Avec un vocabulaire courant, écrit avec beaucoup de soin, tel un journal de bord, format de poche ou pas, 276 pages à son actif, le livre nous fait entrer sans mal, avec plaisir, dans l’histoire qui a remis à l’heure les démons et sorcières.

C’est donc avec une citation d’un grand auteur, Alain (Les idées et les âges), que je conclurais mon article :

La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au-delà du but.

Alors laissez-vous tenter, non par la peur, mais par un plaisir qui vous fera frissonner de bonheur !

Bibliographie

DELANEY, Joseph. L’apprenti épouvanteur. Marie-Hélène DELVAL trad. Paris : Bayard jeunesse, 2005. ISBN 2-7470-1710-9

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.