Là où j’irai, de Gayle Forman

Et vous, où iriez-vous ?

Là où j’irai est la suite du premier tome de Gayle Forman Si je reste. Dans le premier tome, on apprend à connaître Mia, une adolescente de 17 ans qui a une passion pour le violoncelle et qui est amoureuse d’Adam. Après un accident de voiture, elle se retrouve dans le coma et orpheline, une décision s’impose : rester ou partir. Mia est restée, mais à quel prix ?

L’histoire continue trois ans plus tard et les décisions de Mia ont été prises : elle a tout quitté, Portland et Adam, celui qui l’avait supplié de rester. Chacun a suivi sa route, Mia est une célèbre violoncelliste et Adam est devenu une star du Rock. Mais Adam n’est pas heureux, le poids de la célébrité lui pèse, il ne supporte plus la musique ni lui-même. Mia a fait sa vie sans lui, puis un soir, il la revoit lors d’un récital et c’est la première fois depuis trois ans. Que va-t-il se passer durant cette nuit ? Adam aura-t-il ses réponses ? Les sentiments sont-ils toujours présents ?

Là où j'irai de Gayle Forman

© Éditions Pocket, 2011

À la recherche du tome 2

Sortie en 2010 aux États-Unis sous le titre de Where she went, la suite de la romance entre Mia et Adam,  est écrite par l’auteure Gayle Forman, journaliste et écrivain. En France, le roman est publié chez Oh! Éditions sous le titre Là où j’irai. Il a été réédité chez Pocket Jeunesse et chez Pocket en version poche. La traduction est toujours réalisée par Marie-France Girod.

J’ai tout d’abord découvert le premier tome, Si je reste, par sa version cinématographique puis par le livre. J’ai beaucoup aimé le récit initial, me donnant envie de connaître la suite entre Adam et Mia et surtout de connaître la vie après l’accident de Mia.  Par la suite, j’ai recherché le second tome pour combler la fin un peu trop brute du premier roman.

Ce deuxième tome est différent du premier car il y a beaucoup plus de dialogues avec un rythme plus soutenu. L’histoire d’amour est au centre du roman et la musique garde toujours sa place entre les deux personnages principaux.

Un changement de narrateur

C’est Adam qui est le narrateur de l’histoire dans ce deuxième livre, une utilisation du « je » permet d’avoir une autre approche de l’histoire. On se retrouve trois ans plus tard dans la vie d’Adam qui a beaucoup évolué. Il est devenu, avec son groupe de musique, une star adulée par les jeunes. Mais voilà, Adam est au plus bas, sa célébrité est un poids qu’il ne sait pas gérer. La musique ne l’intéresse plus et la vie sans Mia n’est plus attrayante. Le lecteur est confronté à la dure réalité de la célébrité d’Adam et à un tout autre personnage. Auparavant, Adam était plein de confiance, souriant etc. Ici c’est une autre personnalité, plus sombre.

Le ton du récit est riche et dynamique, passant de la colère à la tendresse et à la mélancolie pour exprimer tout ce qui entoure le personnage masculin. Cela permet de le faire réfléchir sur la situation actuelle, sur son passé et son futur.  À travers la narration d’Adam, on voit que les personnalités de Mia et Adam ont été changées après l’accident.

Beaucoup plus porté sur le dialogue, le second tome permet d’avoir plus de discussions, d’explications entre les deux personnages. Le dialogue et le récit se combinent pour nous tracer la suite de l’histoire et nous donner des réponses sur Adam et Mia.

Dans les pensées d’Adam

Les pensées d’Adam nous sont livrées. Il a besoin de Mia pour réapprendre à vivre, à apprécier la musique. Les sentiments du personnage sont mis à rude épreuve, il n’a jamais tiré un trait sur Mia, même si elle, elle l’a fait, elle est toujours dans ses pensées.

Le point de vue interne permet d’avoir accès aux pensées d’Adam : il s’adresse aux lecteurs avec le « vous » nous incluant dans ses pensées, dans ses questions, dans ses réflexions.

Le présent est employé en majorité, ce qui permet au lecteur de suivre Adam chaque seconde, comme s’il était à ses côtés. Il partage ses pensées, sa vie, sa célébrité, ses colères, ses peurs, ses sentiments pour Mia.

Des flash-back pour comprendre

La particularité de ces deux romans est le flash-back. Dans le premier tome, le lecteur assiste à l’accident de Mia, avec de nombreux flash-back pour comprendre qui est Mia et sa famille et l’enjeu qui accompagne l’intrigue. Dans le second, on assiste aux flash-back d’Adam permettant de comprendre ce qui s’est passé après l’accident de Mia, le rôle qu’il a joué et la vie sans Mia. On assiste aux jours après le réveil de Mia, ses réactions, la musique thérapeutique et l’éloignement avec Adam. On comprend par les flash-back d’Adam, qu’il a souffert de cet accident et comment la perte de Mia l’a transformé.

Gayle Forman nous offre une alternance entre le passé et le présent en démarrant le roman au présent pour suivre le célèbre mais fragile Adam.

La musique toujours présente

La musique, qui est l’un des moteurs du premier tome, est aussi présente dans le second tome. On assiste à une évolution de la musique des deux personnages principaux. En effet, aussi bien Adam que Mia connaissent la célébrité après l’accident. Ayant un rôle important, c’est elle qui rassemble les deux amoureux de la musique dans le premier tome et qui les réconcilie dans le deuxième tome, en s’offrant un moment de partage musical ensemble. Elle apparaît comme une thérapie pour Adam et Mia.

Exprimant une symphonie de sentiments entre ces deux personnages, la musique permet à Adam et Mia d’exprimer leurs sentiments sans les mots, de construire un dialogue en si et en la.

Une suite moins touchante… mais qui tient ses promesses

Si je reste est le plus touchant des deux tomes. Il est difficile de ne pas pleurer dans le premier tome.

Dans le deuxième tome, la situation est moins touchante, car même si on retrouve un Adam plus bas que terre, le roman peine à créer cet effet émouvant du premier tome.

Le roman est moins sentimental. Il y a un côté répétitif sur la situation d’Adam qui peut être un peu long sur certains passages. Mais le thème sentimental est toujours là avec l’histoire d’amour entre les deux personnages et les épreuves qu’ils traversent. L’atmosphère est toujours aussi touchante, tendre, et nous fait comprendre que cette histoire d’amour est loin d’être terminée.

Le tome deux tient ses promesses et nous explique ce qui s’est passé après l’accident de Mia. L’auteur nous montre aussi la sensibilité d’Adam, qui est le départ du tome deux. On constate qu’Adam a été très touché par l’accident de Mia et de sa rupture avec elle.

J’ai beaucoup aimé cette suite, où j’ai pu savoir ce qui s’était passé après l’accident de Mia et comment cela l’a affectée. J’ai apprécié également que le narrateur change, cela permet d’avoir les sentiments et la vision d’Adam sur toute l’histoire et de constater qu’il est aussi touché par l’accident.

Cette suite permet de retrouver les personnages principaux auxquels les lecteurs ont pu s’accrocher lors du premier tome. Je conseille cette suite de l’histoire musicale et amoureuse de Mia et Adam aux adolescents (14/15 ans) aimant les histoires d’amour et la musique.

Références bibliographiques

FORMAN, Gayle. Là où j’irai. Marie-France GIROD (trad). [Paris] : Oh! Édition, 2010. ISBN : 2361070146.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *