UNE SI JOLIE POUPÉE : LE CRI DE PEF

Je suis une poupée. J’attends l’enfant qui me bercera dans ses bras. Je suis une poupée. Le secret qui est en moi t’arrachera le bras.

une si jolie poupée-album Pef

© Gallimard jeunesse, 2001

Pef : une palette de mots et de couleurs

Pierre Elie Ferrier, dit Pef, est connu et reconnu dans le monde de la littérature jeunesse aussi bien comme auteur qu’illustrateur.

Né en 1939, très tôt, Pef est attiré par le dessin. Au lycée, il dessine en cours de philosophie et gagne le prix d’un concours organisé par le journal L’éducation. Pef se dirige vers une carrière de journaliste mais le dessin ne le quitte jamais ; il publie des dessins de presse dans Arts. À partir de 1963, il est dessinateur et rédacteur du journal Franc-jeux. Ainsi il réalise des centaines de reportages et des bandes dessinées, il deviendra d’ailleurs rédacteur en chef de cette revue.

Un événement aura un impact considérable sur sa future destinée… En 1975, il rencontre la chanteuse Anne Sylvestre. Ensemble ils vont réaliser des disques pour les petits et c’est ainsi que Pef sera remarqué par les éditeurs de livres pour enfants.

Son premier livre Moi, ma grand mère est publié en 1978. La famille est en effet importante pour Pef. Lors d’une exposition de ses illustrations à Castres, il déclarera :

Je remercie ma maman de m’avoir mis au monde…et ma grand-mère d’avoir mis au monde ma mère.

Deux ans plus tard, prend vie un de ses personnages les plus célèbres, Le Prince de Motordu. Ce personnage représente l’action militante de Pef contre l’illettrisme. Ce prince déforme les mots comme les enfants lorsqu’ils veulent répéter les « mots des grands ». Le Prince de Motordu initie les enfants à l’humour et éveille leur attention aux mots et au langage, dans Le livre de nattes :

Cette année-là, la princesse Dézécolle attendait un des dés. Le futur papa, le prince de Motordu, était content bien évidemment. Si c’est un glaçon pensait-il, je fondrai de tendresse pour lui. Si c’est une bille je me roulerai de joie par terre !

L’auteur joue sur les sonorités et les subtilités de la langue française. Mais Pef a publié aussi des livres plus graves, notamment au sujet de la guerre.

À ce jour Pef a publié près de 200 ouvrages en tant qu’auteur pour enfants. Il n’a de cesse d’être à leur écoute, mettant en place des rencontres et des discussions avec eux. En 2014, j’ai eu la chance de le rencontrer à la Médiathèque La Gare de Méricourt où il a pris plaisir à parler de ses livres aux plus jeunes1.

Une si jolie poupée : il était une fois la guerre

Une si jolie poupée est une histoire vraie inspirée d’un pays en guerre en l’an 2000. Des jouets contenant des mines, notamment des poupées, étaient disposés çà et là afin de mutiler ou tuer des enfants. Voici le sujet de cet album jeunesse.

Il était une fois une poupée qui écrivait son histoire. Le récit commence comme un conte pour enfants, avec un beau début, une naissance.

La particularité de cette poupée est qu’on peut l’ouvrir en deux. La poupée pense que ce serait une possibilité de cachette, de cachette d’enfants, dont les trésors sont des bonbons, quelques sous, ou un petit secret…sauf que les « papas » tous habillés pareils ouvrent les poupées en deux et y déposent un gros cœur froid…

Les mots pour le dire, les dessins pour ce qu’on ne peut dire

La poupée qui parle nous raconte de belles choses. Cependant les illustrations contrastent avec les paroles et donc nous sommes face à deux visions de l’histoire. L’illustration accompagne le lecteur pour faire la distinction entre ce qui est dit et la réalité des images. Ainsi ceux que la poupée appelle les papas sont en réalité des hommes « machines », des hommes « robots », des militaires, enfin des hommes sans âme qui ne ressemblent pas au « papa » protecteur. Le ventre de la maman est représenté par des machines qui servent à créer la poupée, d’ailleurs, elle a eu droit à « plusieurs ventres très compliqués ». La poupée a des sœurs, des poupées comme elle, sauf les couleurs changent. Le landau est un camion militaire contenant des dizaines de poupées.

Ainsi deux récits s’opposent, celui de la poupée et celui de l’illustration. Les mots choisis par la poupée sont une interprétation enfantine, ils sont en désaccord avec les illustrations.

Ni herbe, ni fleurs… la guerre

Ces « papas » illustrés en uniforme évoquent une forme de déportation. Il y a un contraste entre le monde de l’enfance, du jeu et ces images de guerre. La poupée emploie le mot « transporter » mais qui résonne maintenant comme « déporter ». La poupée a senti de la fumée, la fumée des bombes qui explosent. Et le paysage où il n’y a ni herbe, ni fleurs, mais de la terre remuée, évoque un territoire détruit.

La poupée est déshumanisée, elle n’a pas de nom.

La censure ?

À travers cet album pour enfants dont le sujet est les mines placées dans des jouets, on ne peut, dans un premier temps qu’être surpris, puis s’interroger : peut-on raconter à un jeune public (il faut savoir que sur le site de Gallimard jeunesse cet album est destiné aux enfants de six à douze ans) ce stratagème barbare d’utiliser des jouets dans le but de blesser ou tuer des enfants ? Il est légitime d’y répondre. Ainsi, sur les forums d’enseignants, s’exprime la crainte, le doute, de traiter ce livre en classe :

Livre fort, émouvant, qui peut (à mon avis) troubler les enfants sensibles…à voir comment tu peux le présenter aux élèves si ce sont des CM2.2

Il faut aussi savoir que sur l’ouvrage il est mentionné la loi du 16 juillet 1949.

Pef ne s’interdit pas de raconter la guerre aux enfants. Il prend le parti de ne pas les laisser dans l’ignorance des malheurs du monde. Il aborde son sujet en le rendant accessible sans nullement l’édulcorer. Sa grande expérience professionnelle auprès des enfants, son combat, son cri de révolte contre la guerre l’ont amené à ce choix. On ne peut que respecter et sa liberté et son envie. Toutefois on peut également comprendre la réticence de certains adultes dont le but est de préserver la sensibilité des enfants. Il n’y a pas une réponse correcte, exacte à la question qui reste posée. Il est de bon ton dans la plupart des histoires « classiques », « traditionnelles » racontées aux enfants de leur présenter un imaginaire, envahi d’enfants abandonnés, de grand-mère dévorée par un loup, de princesse qu’on empoisonne, de mamans qui meurent… La différence est que Pef raconte la réalité. On ne va pas faire un « palmarès » de la cruauté, mais juste se demander si le fait qu’elle soit vraie face à un imaginaire inventé est plus choquant, plus traumatisant, pour un enfant. Puisque l’imaginaire cruel est accepté, voire imposé, est-ce en fait la « vérité » qui dérange qu’on préfère cacher et qu’il faille censurer ?

Les enfants pris en otages

Pef choisit de raconter la barbarie humaine, la mutilation des enfants au moyen de jouets, à travers un récit qui semble au début naïf, voire innocent. Il dénonce la sournoiserie d’utiliser des jouets et illustre la lâcheté humaine.

Une poupée qui parle, on s’attend à ce qu’elle chantonne des mots doux et non pas à avoir une prise de conscience ; et pourtant cette poupée finit avec ces mots « ma tête a honte, tellement honte ». Cette poupée est donc capable, elle qui n’est qu’une poupée, de ressentir la honte, ce que certains hommes, anesthésiés et aveuglés par leur cruauté ne connaissent pas.

Oui, si jolie poupée, il y a des hommes qui sont comme la guerre… bêtes et méchants.


1 Pef a dédicacé son livre « Ma guerre de cent ans ». In : Mairie de Méricourt. [en ligne]. Mairie de Méricourt [consulté le 28/10/2015]. Disponible à l’adresse : http://www.mairie-mericourt.fr/Pef-a-dedicace-son-livre-Ma-guerre.

2 Une si jolie poupée de PEF. In : Forums enseignants du primaire. [en ligne]. Enseignants du primaire [consulté le 28 /10/2015]. Disponible à l’adresse : http://forums-enseignants-du-primaire.com/topic/74367-une-si-jolie-poupee-de-pef/.

Sitographie
  • Une si jolie poupée. In : Gallimard jeunesse. [en ligne]. Gallimard jeunesse [consulté le 28/10/2015]. Disponible à l’adresse : http://www.gallimard-jeunesse.fr/Catalogue/GALLIMARD-JEUNESSE/Albums-Gallimard-Jeunesse/Une-si-jolie-poupee.
  • Pef. In : Ricochet-jeunes.org. [en ligne]. Ricochet-jeunes.org [consulté le 28/10/2015]. Disponible à l’adresse : http://www.ricochet-jeunes.org/auteurs/recherche/1182-pef.
  • Pef a dédicacé son livre « Ma guerre de cent ans ». In : Mairie de Méricourt. [en ligne]. Mairie de Méricourt [consulté le 28/10/2015]. Disponible à l’adresse : http://www.mairie-mericourt.fr/Pef-a-dedicace-son-livre-Ma-guerre.
  • Une si jolie poupée de PEF. In : Forums enseignants du primaire. [en ligne]. Enseignants du primaire [consulté le 28 /10/2015]. Disponible à l’adresse : http://forums-enseignants-du-primaire.com/topic/74367-une-si-jolie-poupee-de-pef/.

 

Information complémentaire:

PEF. Une si jolie poupée.[Paris]:Gallimard, 2001. 27p. :ill. en coul., couv.ill.en coul.; 27 cm.-(Gallimard album).
ISBN: 2-07-054944-5 (rel.)

 

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.