Gare à ne pas voler trop près du soleil

Un père et son fils sont en fuite. Faut-il espérer que tout se passe comme prévu ?
Adaptation moderne du mythe d’Icare

Ça y est. Le grand jour est arrivé, mon père et moi déménageons aujourd’hui. Nous ne partons pas vraiment de notre plein gré, ce n’est pas un choix qu’il a fait avec plaisir. Il est artiste depuis très longtemps maintenant, il est très doué dans ce qu’il fait ; par ailleurs beaucoup de personnes lui ont demandé de travailler pour lui. Récemment, il a eu des ennuis à cause d’un de ses clients, je ne suis pas certain d’avoir bien compris. Néanmoins, je sais qu’à cause d’un de ses travaux, il a causé du tort à quelqu’un, que ce soit volontaire ou non. Il pense que la seule solution désormais est de fuir et il tient à ce que nous allions vivre dans sa ville d’origine, qui se trouve plutôt loin de notre ville actuelle. Nous avons besoin de deux voitures pour le déménagement : au volant de l’une d’entre elles, il y aura mon père, l’autre c’est moi qui la conduirait. Cependant je n’ai jamais vraiment conduit seul et encore moins sur de longues distances. Père semble inquiet, ce que je peux comprendre. C’est lui qui m’a élevé depuis que je suis né, il tient beaucoup à moi ; de plus, je suis son seul et unique enfant. Personnellement, je sais que je vais très bien m’en sortir et je ne suis absolument pas inquiet.

Ce matin, il a enfin terminé de réparer les voitures. Il est nécessaire qu’elles aussi, tout comme nous, soient en mesure d’affronter un long voyage. Il est bientôt l’heure de partir, je viens de terminer de préparer mes affaires lorsque père entre dans ma chambre car il dit souhaiter me parler :

« Mon fils, sois très prudent pendant que tu conduis. Veille à toujours regarder droit devant toi car, au volant, c’est facile d’être distrait. Nous allons traverser une longue route bordée d’un très bel océan, qui se trouvera à ta gauche, et d’une sublime forêt qui, elle, sera à ta droite : si tu détaches tes yeux de la route même un instant pour les observer, tu risques fortement d’aller droit dans la mer ou contre un arbre. Encore une fois, fais très attention, un moment de distraction peut être très dangereux, voire fatal. Tâche également de ne pas conduire trop vite, tout excès est nocif. »

 J’essaie de le rassurer en lui disant qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Après tout, je ne suis pas stupide.

En début d’après-midi, nous prenons enfin la route et je suis tout excité à l’idée de conduire. Père connaît la route, il conduit donc devant moi. Je ne peux malheureusement rouler très vite pour le moment car cela impliquerait de dépasser sa voiture. Le temps ne passe pas vite lorsque l’on roule doucement. Pour l’instant, je m’ennuie un peu, les routes se ressemblent toutes, contrairement aux voitures qui, elles, sont autant différentes que dérangeantes : elles roulent soit trop vite et me dépassent, soit sont trop lentes et me ralentissent. Je suis impatient d’arriver à destination, mais malgré cette envie, je commence à prendre du plaisir. Je découvre les joies de conduire : la sensation de liberté, l’adrénaline quand on appuie sur l’accélérateur…

Après un bon moment au volant, nous arrivons sur une route très étroite qui se situe sur une haute falaise. La place est réduite mais cela ne me fait pas peur, j’ai découvert aujourd’hui que j’étais plutôt bon conducteur. J’aperçois la forêt, à ma droite comme l’avait prédit père, elle a l’air immense, tellement immense que je n’en vois pas le bout. Les arbres sont très hauts et majestueux, je suis fasciné et admiratif, jusqu’à ce que je tourne la tête et voie l’océan. Je n’avais jamais vu l’océan ; le plus large point d’eau que j’avais pu observer était un petit lac près de notre maison… notre ancienne maison désormais. Père m’avait déjà parlé de l’océan, je l’avais imaginé de nombreuses fois dans ma tête. Mais c’est encore mieux de le voir en vrai, il est tellement vaste, je suis curieux de toutes les créatures et les richesses qu’il peut abriter. Soudain, je sens que quelque chose ne va pas, tout va trop vite, le volant me glisse des mains. Je n’ai plus le contrôle de la voiture : évidemment, car elle a quitté la route ! Père m’avait pourtant averti de ce risque mais je ne l’ai pas écouté. Il est trop tard pour avoir des regrets, je m’approche de l’eau à toute vitesse. J’ai été trop sûr de moi et, par-dessus tout, j’ai été naïf…

(à partir de 12 ans)

Résumé

Un garçon voit sa vie changer suite aux ennuis de son père. Père et fils savent qu’il faut fuir pour survivre, ce qu’ils ne savent pas c’est que l’on ne peut jamais prédire ce que l’avenir réserve…

Bibliographie

PAPIN, Yves Denis. Dictionnaire de la mythologie. Paris : Jean-Paul GISSEROT, 2000. Pour l’Histoire. ISBN 9782877474702.

Image à la une : VON AACHEN, Hans. Chute de Phaëton. Photographie de Ambras Castle. Disponible sur : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hans_von_Aachen_040.jpg

 

 

 

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.