HERCULE : le héros aux douze travaux

Tu connais sûrement le nom d’Hercule. Tu as sans doute déjà vu le célèbre dessin animé de Disney ; tu as peut-être même lu une bande dessinée dans laquelle apparaît ce célèbre personnage. Mais sais-tu qui est vraiment Hercule ? Si tu ne le sais pas, je vais essayer de te raconter son histoire.

  partir de 8 ans)

Partie 1 : Les six premiers travaux

CHAPITRE 1. Les débuts du héros

Autrefois, les Grecs entretenaient une relation particulière avec les dieux. Il était fréquent que des dieux tombent amoureux de femmes dites mortelles. C’est ainsi que naquit l’un des plus célèbres héros grecs : Hercule. On l’appelle aussi parfois Héraclès.

Le petit Hercule n’est pas un enfant comme les autres ! Son père est un Dieu, et pas n’importe quel dieu, mais Zeus ! Le dieu le plus important pour les Grecs. Dès sa naissance, Hercule tua de ses mains deux gros serpents qui tentaient de le tuer. Ce premier exploit révèle sans aucun doute son lien avec Zeus. Mais, qui était sa mère ? Était-ce la déesse Héra, l’épouse de Zeus ? Non. Sa mère était en fait Alcmène, une simple mortelle. Héra a été trahie. C’est pourquoi elle haïra Hercule toute sa vie.

Un jour, Hercule est pris de folie et tua les personnes qu’il aimait le plus : sa femme et ses trois fils. Pour se faire pardonner de son crime, il consulta un oracle (un devin) qui lui dit :

« Pour te faire pardonner de ton crime, tu te rendras chez ton cousin Eurysthée. Tu devras faire ce qu’il te demande. »

Eurysthée demanda à Hercule de réaliser douze travaux très dangereux. Il voulait faire mourir Hercule car il avait sans doute peur de la force de son cousin. En effet, Hercule était un homme musclé, très fort !

CHAPITRE 2. La première épreuve : le Lion de Némée

Depuis des années, les habitants de la ville de Némée vivaient dans la peur : un lion féroce mangeait tous ceux qui s’approchaient de lui. Beaucoup de personnes ont essayé de l’attaquer, mais sans réussir, le lion était trop fort. Sa peau était si épaisse que même les flèches des hommes ne pouvaient la transpercer.

Hercule arriva à Némée avec une massue qu’il s’était fabriqué. Lorsqu’il arriva devant la grotte où vivait la bête, Hercule l’appela.

« Où es-tu ? Sors de ta cachette ! Je t’attends ! »

Le lion pensait que sa prochaine victime était venue, il se pressa et sortit de la grotte. Hercule lui donna un gros coup de massue sur la tête ! Personne n’aurait pu survivre à ce coup, mais le lion fut juste étourdi et rentra dans sa grotte.

Hercule ordonna de nouveau au lion de venir. Le lion voulut sortir dans une ouverture secrète pour le surprendre par derrière, mais Hercule qui connaissait cette sortie l’avait bouchée. Le lion fut pris au piège ! Lorsque le fauve se retourna, Hercule était là. En bondissant le lion se cogna et s’évanouit. Hercule profita de la situation pour étouffer le lion.  Le terrible fauve était enfin mort. Hercule prit la peau du lion, comme une cape de super-héros, pour se protéger des flèches.

CHAPITRE 3. Hercule doit tuer l’Hydre de Lerne

Après avoir vu le cadavre du lion, Eurysthée dit à Hercule :

« Très bien… mais laisse-le loin de moi ! Ta deuxième épreuve consistera à tuer l’Hydre de Lerne, un monstre encore plus redoutable ! Adieu. »

L’hydre de Lerne était une sorte de serpent à neuf têtes, dont l’une était immortelle, ce qui rendait cette créature impossible à tuer. L’hydre vivait dans un marécage près de Tyranthe. De plus, l’haleine du monstre était empoisonnée, c’est pourquoi personne n’osait l’attaquer, il fallait bloquer sa respiration.

Un personnage nommé Iolas proposa son aide à Hercule pour vaincre le reptile. Hercule se dit qu’une aide serait la bienvenue.

Il voulut tout d’abord prendre le monstre par surprise et s’approcha sans bruit pendant qu’il était endormi. Cependant, l’une des neuf têtes ne dormait jamais ; alors en voyant Hercule s’approcher, elle réveilla les huit autres.

Le monstre se leva et se mit à l’attaquer. L’épée d’Hercule s’agitait dans tous les sens. Le monstre attaquait, Hercule se défendait. Notre héros parvint à couper l’une des têtes, mais au lieu de tomber, elle donna naissance à deux autres têtes ! Hercule commençait à fatiguer, il demanda à Iolas de prendre une torche enflammée. Après avoir eu quatre têtes tranchées, l’Hydre en possédait désormais dix-huit ! Lorsqu’Hercule parvint à couper d’autres têtes, Iolas brûla les cicatrices avec sa torche, ce qui empêcha d’autres têtes de pousser. En ce qui concerne la terrible tête immortelle, Hercule la trancha et la déposa sous une énorme pierre tellement lourde que l’Hydre ne pouvait la soulever. C’est ainsi que ce monstre terrifiant fut battu par Hercule.

CHAPITRE 4. Le Sanglier d’Erymanthe

La troisième épreuve d’Hercule consistait à rapporter un sanglier à Eurysthée. Ce sanglier se trouvait dans une région que l’on appelait Érymanthe. Le sanglier devait être ramené vivant. Pour le trouver, Hercule se fiait aux traces laissées par le sanglier lors de son passage. Un jour, Hercule rencontra le sanglier, mais comme il avait peur de le blesser ou de le tuer, il le laissa s’enfuir. Il passa ensuite des jours et des jours à observer le sanglier afin d’étudier ses habitudes et de lui tendre un piège. Après de nombreuses tentatives vaines, Hercule décida de changer de tactique. Il prit la décision de fatiguer le sanglier et de l’attirer vers le sommet du mont Érymanthe, là où la neige glace le sang. Aucun répit pour le sanglier ! Dès qu’il bougeait, Hercule surgissait ! Un matin, Hercule trouva le sanglier couché sur le flanc, au sommet du mont. La glace et la fatigue étaient venues à bout de la bête. Hercule prit le sanglier et l’amena à son cousin Eurysthée. Une fois encore, Eurysthée fut terrifié et  n’osa point s’approcher du sanglier qui était pourtant encore paralysé.

CHAPITRE 5. La Biche de Cérynie

Un jour, Eurysthée dit à Hercule :

« Dis-moi, connais-tu la biche aux sabots d’airain de l’île de Crète ?

-Oui, il s’agit de la biche qui, d’après ce que l’on dit, a des cornes en or et des sabots d’airain. Elle est, toujours selon les dires, rapide comme l’éclair !

-L’as-tu déjà vue ? demanda Eurysthée.

-Non ! dit Hercule. Cette biche fait partie du troupeau d’Artémis, déesse de la chasse. On sait tous qu’il est impossible de l’attraper et si quelqu’un y arrivait, Artémis le punirait avec une grande cruauté !

-Je sais, je sais ! Et c’est pourquoi je veux que tu me l’apportes.

-D’accord, je vais te l’amener, répondit Hercule. »

Arrivé sur l’île, Hercule chercha la biche. C’est après plusieurs semaines qu’il l’aperçut enfin ! Capturer une biche devait être une tâche facile pour Hercule, lui qui avait tué un lion, l’Hydre et capturé un sanglier !

Mais la biche était très méfiante, au moindre bruit elle se mettait à courir pour fuir le danger. Bien qu’Hercule fût délicat et discret pour sortir des branchages dans lesquels il se cachait, la biche l’avait entendu et se mit à courir sans plus attendre.

Un  autre jour, la biche était dans une clairière. Pour éviter qu’elle lui échappe à nouveau, Hercule se précipita sur elle. Une fois encore ce fut un échec. La biche était bien plus rapide qu’Hercule ! Durant toute une année Hercule réfléchit à différents pièges pour la capturer sans la blesser. Mais jamais elle ne se laissa prendre.

Enfin, après l’avoir cherchée partout, avoir évité chaque arbre et chaque pierre qui se trouvaient sur son chemin, Hercule parvint à l’attraper. Il la prit dans ses bras et la rapporta à son cousin qui, une fois de plus, refusa de s’approcher de l’animal apporté par Hercule.

Ne sachant qu’en faire, Hercule rendit la biche à Artémis. Ainsi Hercule évita la vengeance de la déesse.

CHAPITRE 6. Les Oiseaux du lac Stymphale

Eurysthée envoya Hercule jusqu’au lac Stymphale pour tuer les oiseaux qui détruisaient les cultures. Il ne s’agissait pas de beaux petits oiseaux colorés mais de gros oiseaux plus noirs que des corbeaux, aux plumes dures comme l’acier. Les habitants avaient tenté de s’en débarrasser mais les oiseaux utilisaient leurs plumes comme flèches pour se défendre. Hercule n’osait pas entrer dans la forêt où vivaient les oiseaux, il y faisait noir de jour comme de nuit…

Pour les attirer hors de la forêt, Hercule utilisa une paire de castagnettes que lui avait offertes le dieu Héphaïstos, dieu du feu et de la forge. Dans un premier temps il ne se passa rien, puis un oiseau surgit dans le ciel, Hercule le transperça d’une flèche. L’oiseau fut touché. Des feuillages surgissaient deux autres oiseaux qu’Hercule tua d’une seule flèche également ! Puis la forêt s’agita, quelques oiseaux sortirent puis les autres ! Il y en avait une centaine  ! Hercule lançait des centaines de flèches, tuait des oiseaux à droite à gauche et parfois plusieurs en même temps ! Lorsque le dernier oiseau fut transpercé par la dernière flèche d’Hercule, le ciel redevint bleu et plus aucun oiseau ne hantait le lac. Encore une victoire pour Hercule ! Quel héros !

CHAPITRE 7. Le Taureau de Crète

La sixième tâche que devait accomplir Hercule était de se rendre à la cour du roi Minos, en Crète, et de ramener un magnifique taureau à Eurysthée qui voulait augmenter le nombre de vaches qu’il possédait. Hercule lui dit :

« Très bien, je te rapporterai le cadavre du taureau !

-Son cadavre ? Non ! Je le veux vivant ! répondit Eurysthée.

-Vivant ? Tu as peur d’une petite biche endormie et tu veux un taureau vivant ?!

-Oui, vivant ! répliqua Eurysthée.

-Si tel est ton souhait, consentit Hercule. »

Hercule arriva devant le roi Minos qui lui expliqua qu’il devait donner un taureau à Poséidon. Mais comme il n’avait pas tenu sa promesse, le dieu en colère rendit le taureau fou et dangereux . Ce taureau embrochait quiconque s’approchait de lui.

Au moment où Hercule rencontra le taureau, il vit qu’il était plus gros, plus fort, plus féroce que les autres taureaux.  Du feu sortait de ses narines ! 

Hercule attaqua le taureau. Surprise la bête prit la fuite, puis se retourna et courut vers Hercule qui n’arriva pas à l’éviter. L’animal et le héros furent étourdis, Hercule reprit ses esprits avant la bête,  il l’attrapa par les cornes pour immobiliser le taureau. C’est ce que l’on appelle prendre le taureau par les cornes ! La lutte dura des heures et des heures. Enfin, le taureau comprit qu’Hercule était son maître. Alors Hercule put monter sur le dos de l’animal qui l’amena en nageant jusqu’à Eurysthée.

Voilà, Hercule a déjà accompli six travaux aussi dangereux les uns que les autres ! Il ne fut ni tué, ni même blessé. Si tu souhaites en savoir davantage sur ce héros fascinant, je t’encourage à lire la deuxième partie intitulée HERCULE : le héros aux douze travaux. Partie 2 : Les six derniers travaux, la fin du héros.

SOURCES

GRIMAL, Pierre. Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine. 15e ed. Paris : Presses universitaires de France, 1969, cop 1951. ISBN 978-2-13-050359-0.

COULMIER, Florian. Les 12 travaux d’Hercule. [en ligne]. [consulté le 23 mars 2016]. Disponible sur le web : http://www.les-12-travaux-hercule.fr/.

RÉSUMÉ DOCUMENTAIRE EN 30 SECONDES :

Hercule se voit confier douze travaux par son cousin Eurysthée. Cette première partie raconte la naissance et les premiers pas d’Hercule ainsi que ses six premiers travaux.

Image à la Une : Hercule terrassant l’hydre de Lerne ; statue exposée aux musées du Capitole à Rome ; photographie prise par Jean-Pol GRANDMONT, disponible sur Wikimedia Commons.

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.