Gwendal Le Bec : croqueur d’instants

Après des études en arts appliqués puis en communication visuelle, Gwendal Le Bec se fait connaître dès sa seconde publication avec Le Roi des Oiseaux primé au Salon du Livre Jeunesse de Montreuil en 2011. Il sort par la suite plusieurs livres seul ou en compagnie d’autres auteurs telle Sylvie Baussier dans un registre documentaire. En parallèle à son travail d’auteur-illustrateur jeunesse, Gwendal Le Bec se penche aussi sur la bande dessinée et le dessin de presse. Il collabore avec de grands journaux internationaux et tient un blog graphique en relation avec l’actualité. Il vit désormais à New York.

Gwendal Le Bec - Le roi des oiseaux

© Albin Michel jeunesse, 2011

On retrouve chez Gwendal Le Bec un trait simple proche de celui de Sempé, déposé avec justesse et simplicité. Ses dessins prennent place sur des pages où le blanc domine pour laisser l’imagination divaguer. Il distille ainsi quelques repères perdus dans l’immensité de double pages au grand format.

Gwendal Le Bec - Le petit blond avec un mouton blanc

© Gallimard jeunesse, 2010

Dans Le Petit Blond avec un mouton blanc, Gwendal Le Bec retrace l’enfance fantasque de Pierre Richard. Il retranscrit avec talent l’insouciance et la légèreté de la jeunesse dans ces drôles de péripéties. Sa facilité à capturer les instants donne une lecture fluide tant elle rappelle par moments la bande dessinée.

Dans son deuxième ouvrage en bichromie, Gwendal Le Bec adapte une histoire que lui racontait son père et nous offre un aperçu de ses talents de dessinateur. De l’ibis à l’aigle royal en passant par la mésange, une multitude de volatiles finement croqués inonde le livre. Cette échappée fantastique vers un soleil mordoré déborde d’une énergie frénétique et passionnante.
Le style vif de Gwendal Le Bec donne à ses pages un dynamisme incroyable. Son trait noir nerveux se dégage de fonds neutres pour nous procurer une lecture immédiate et claire. Il préfère d’ailleurs user de grands formats. L’utilisation parcimonieuse de la couleur ancre nos yeux sur les détails perdus dans l’immensité de cette population grouillante. Notre regard se promène alors de dessin en dessin pour observer la maîtrise de sa technique. Son album séduit et la Pépite de Montreuil confirme le talent de son auteur. Cette récompense presque prématurée présage déjà une carrière florissante.

Gwendal Le Bec - Un bois

© Albin Michel jeunesse, 2012

Il confirme ainsi sa vision naturaliste dans l’album Un bois paru en 2012. Gwendal Le Bec nous dévoile un peu plus sa passion pour l’observation de la nature et nous la fait partager. Nous sommes plongés au cœur de la forêt pour observer la faune de nos campagnes à travers les feuillages. Encore une fois la force vient du dessin et des aquarelles. La succession de ces moments volés nous fait pénétrer un monde sensoriel et vibrant où la lumière sublime les secrets du paysage. Gwendal Le Bec réussit à rendre merveilleux ces extraits du quotidien. À nouveau, son trait fin capture la personnalité de chaque espèce en l’incarnant dans des doubles pages incroyables.

Gwendal Le Bec - Petites personnes

© p’tit Glenat, 2012

Sa collaboration avec Catherine Leblanc sur Les Petites Personnes dans lequel il signe les illustrations bariolées est synonyme de changement. Des enfants joueurs ont remplacé les bêtes, les couleurs nous explosent à la figure et les contours sont plus épais. Ce livre nous présente une ode aux joies de l’apprentissage par le jeu et la curiosité. Sur les textes sobres de Catherine Leblanc s’appuient les actions d’enfants avides de découvrir de nouvelles choses.

Gwendal Le Bec - Plume

© Albin Michel jeunesse, 2013

 

Avec son clin d’œil assumé à La Ferme des Animaux d’Orwell, La Plume traite du conflit qu’engendrent les apparences dans la société. Gwendal Le Bec créé un microcosme social où l’arrivée d’une nouvelle mode va diviser les habitants de la basse-cour. Les différentes familles de volailles vont alors adopter, renier, imposer ou combattre cette innovation. La Plume est une satire qui cache sous son aspect comique un beau message sur la vacuité humaine. Les nuances de violet qui parcourent l’album traduisent brillamment la nervosité ambiante dans laquelle la basse-cour est plongée. Car les querelles incessantes profitent au renard qui rôde.

Gwendal Le Bec - Le vaillant petit gorille

© Comme des géants, 2014

Le Vaillant Petit Gorille relate les deux versions d’une même histoire. Dans la première, Petit Gorille est traité de voleur et de canaille par les autres singes. Or le jeune gorille s’en défend et apporte un tout autre regard sur la situation. L’auteur, Nadine Robert, insiste sur le fait que les apparences peuvent être trompeuses et que l’on ne peut juger une personne avant de l’avoir entendue. Elle explique donc le sens de la justice dans cette fable. Gwendal Le Bec délaisse ici l’aquarelle pour se rabattre sur des aplats de gouache aux multiples couleurs. La jungle est suggérée pour laisser plus de place, comme à son habitude, à l’expressivité des personnages.

Gwendal Le Bec _ La mythologie grecque

© Gallimard jeunesse, 2014

Gwendal Le Bec illustre ensuite les histoires les plus célèbres de la mythologie grecque réécrites par Sylvie Baussier. Ses dessins côtoient des représentations plus classiques d’œuvres d’arts (peintures, vases, sculptures…). Ces dernières offrent différents angles sur le sujet en abordant plusieurs époques. Après une présentation des dieux ou héros et de leurs généalogies, le lecteur s’aventure dans ces épisodes originels fabuleux. Le traitement des personnages évoque l’iconographie des vases antiques et le ton pastel offre quant à lui un doux sentiment de rêverie et de fantaisie.

GwendalLe Bec - Monsieur Moisange

© Albin Michel jeunesse, 2015

Monsieur Moisange est l’œuvre la plus touchante de Gwendal Le Bec. Pierre Moisange est enfermé dans une routine tel un oiseau en cage. Il travaille, rend visite à sa mère oiselière et fait des tractions sur son « perchoir ». Son unique moyen d’évasion réside dans ses songes où il vole au-dessus des toits. La vie de Moisange change lorsqu’il devient un ange. Ce livre traite avec justesse la création des regrets. Le personnage a des aspirations qu’ils n’osent ou qu’il ne peut accomplir. L’auteur, Fred Bernard, donne ici un formidable message d’espoir pour la jeunesse. Le style naïf et onirique de Gwendal Le Bec rappelle celui d’autre grand illustrateur : Quentin Blake.

À travers l’évolution de son œuvre, Gwendal Le Bec nous montre son talent à saisir les instants pour les sublimer. Ses traits capturent rapidement l’allure et le caractère des personnages. Les détails se réduisent pour tendre vers l’essentiel et une ligne plus claire. Ses fonds neutres nous rapprochent des instigateurs de l’histoire et laissent place à l’imagination. On n’a alors aucun mal à se projeter dans les scènes pour divaguer.

Bibliographie

RICHARD, Pierre, LE BEC Gwendal. Le Petit Blond avec un mouton blanc. Paris : Gallimard jeunesse-Giboulées, 2010.

LE BEC Gwendal. Le Roi des Oiseaux. Paris : Albin Michel jeunesse, 2011.

LE BEC Gwendal. Un bois. Paris : Albin Michel jeunesse, 2012.

LEBLANC, Catherine, LE BEC Gwendal. Les petites personnes. Grenoble : Glénat, 2012.

LE BEC Gwendal. La plume. Paris : A. Michel jeunesse, 2013.

ROBERT, Nadine, LE BEC Gwendal. Le vaillant petit gorille. Paris : Seuil jeunesse, 2014.

BAUSSIER, Sylvie, LE BEC Gwendal. La mythologie grecque. Paris : Gallimard jeunesse, 2014.

BERNARD, Frédéric, LE BEC Gwendal. Monsieur Moisange. Paris : Albin Michel jeunesse, 2015.

Consultez aussi le site de l’auteur

 

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.