Écho et la magie des mots

Il était une fois, au fin fond d’un gigantesque royaume fantastique, où régnaient le roi Zeus et son épouse la reine Héra, une jeune paysanne des plus ordinaires. Elle se nommait  Écho, et menait une vie paisible, aimée de ses parents et de ses frères. Elle découvrit cependant, à l’âge de 12 ans, un étrange pouvoir, qui allait bouleverser sa vie : la magie des mots. (à partir de 8 ans)

   Écho, par de simples mots, savait émouvoir, faire rire, convaincre, mettre en colère ou en joie tous ceux à qui elle s’adressait. Elle maniait la langue mieux que personne, sans pour autant avoir étudié à l’école. Ses parents, tous les deux fermiers, n’avaient pas assez d’argent pour lui fournir une bonne scolarité. Cependant, grâce au pouvoir de leur fille, les heureux parents pouvaient s’enrichir, puisqu’ Écho réussissait à négocier les meilleurs prix de vente au marché, où elle vendait, accompagnée de ses frères, les produits de leur ferme. Malheureusement, l’argent gagné  ne servait qu’à rembourser les nombreuses dettes de ses géniteurs. Elle se mit donc à organiser des spectacles. En plus du travail à la ferme, elle travaillait son don chaque jour, éblouissait les gens rien qu’avec des paroles, faisant rire, pleurer, danser la foule. On aurait dit qu’elle hypnotisait le peuple, distrayant toutes les générations, filles et garçons. Elle devint de plus en plus réputée ; sa célébrité fut telle que certaines personnes parcouraient de longs chemins pour assister à ses spectacles. Jusqu’au jour où, son talent d’oratrice parvint aux oreilles du roi Zeus.

UNE NOTORIÉTÉ PRODIGIEUSE

  Le roi aimait partir à l’aventure, à la conquête d’autres territoires, découvrir la beauté de la nature, mais cela s’avérait dangereux. Les animaux sauvages, les bandits et les différents ennemis du royaume mettaient sa vie en danger. La reine, follement amoureuse de son mari, l’empêchait de quitter le château où ils résidaient. Elle passait son temps à le surveiller. Alors, quand Zeus entendit parler de l’éblouissante Écho, il ne tarda pas à faire chevaucher ses plus rapides messagers pour aller la chercher dans son village. Son objectif était que la jeune prodige travaille pour lui, qu’elle continue ses spectacles, mais dans le château royal. Son argument, mis à part le fait que le roi a tous les pouvoirs et tous les droits, était qu’elle serait payée en or le triple de ce qu’elle gagnait  à la ferme et au village où elle donnait ses attractions. Les nobles de la cour royale étaient bien plus riches que les villageois. Le roi n’avait qu’une idée en tête, réaliser sa passion en s’en allant vagabonder à l’extérieur du château, pendant qu’ Écho distrayait la reine et toutes ses servantes.  Écho, pensant bien faire pour aider sa famille, accepta l’offre du roi.

LES CHARMES D’ÉCHO

   Écho donna alors son premier spectacle : elle raconta quelques histoires, certaines drôles, d’autres émouvantes, et le public fut comblé. La reine elle-même insista pour que la jeune femme revienne. Le lendemain, elle recommença. Et ainsi de suite. Héra était absorbée par les paroles d’Écho, qui s’enrichissait, quant à elle. Les gens payaient cher pour assister à ses spectacles. Tout comme dans son village,  Écho se faisait de plus en plus célèbre, jusqu’à devenir une idole chez les nobles du château et de toute la capitale, Athénia. Portant généralement une longue robe blanche, elle était comparée à une fée, et sa voix au chant envoûtant des sirènes. Sa chevelure brune et ses yeux bleus rendaient les femmes admiratives et les hommes amoureux. Malgré sa réussite, elle ne se faisait pas beaucoup d’amis. Elle avait l’impression que son talent n’était pas naturel, ce qui la poussait à croire que ses interlocuteurs étaient hypnotisés, qu’elle n’aurait donc jamais de compagnons sincères. La vie à la capitale devint de plus en plus longue et ennuyeuse pour  Écho, elle devenait triste et l’absence de sa famille commençait vraiment à lui peser. Elle se remémorait, à chaque fois qu’elle avait des idées noires, ce pourquoi elle était venu travailler pour Zeus, c’est-à-dire aider sa famille. Le roi, lui, pendant tout ce temps, pouvait profiter de ce dont il rêvait : une vie d’aventure. Héra ne s’inquiétait pas pour son mari, elle ne pensait plus qu’aux paroles d’ Écho. Ce marché avantageait tout le monde.

HÉRA SE SENT BAFOUÉE

Tandis qu’Écho gagnait de l’argent grâce à ses spectacles,  ceux-ci distrayaient la reine, qui ne se mêlait plus des sorties de Zeus, qui profitait lui aussi de sa liberté. Mais ce contrat ne tenait qu’à un fil. Le travail d’Écho consistait à ce qu’Héra ne se doute de rien des sorties de son mari, un mot de travers, un peu d’inattention, et la reine pouvait le surprendre.  Écho avait très peur que cela arrive, car on racontait qu’il ne fallait absolument pas énerver la reine, parce que celle-ci pouvait devenir très méchante pour se venger. Elle lui faisait donc la conversation le plus souvent possible.

  Un jour,  Écho tomba malade. Suite à un gros rhume, elle perdit la voix quelques temps. Elle ne put assurer ses spectacles et ses bavardages avec la reine. Celle-ci remarqua alors l’absence de son mari, elle n’était plus sous le contrôle de la jeune femme. Comme les rumeurs l’annonçaient, la reine devint furieuse qu’on ait pu la trahir et la tromper à ce point. Elle voulait une punition exemplaire pour  Écho. Alors la reine demanda à tous ses apothicaires de trouver un breuvage capable d’avoir une influence sur sa voix ou sa capacité à parler. Œil pour œil, dent pour dent, la reine fit empoisonner la belle  Écho. Le poison qu’elle but eut pour effet qu’elle ne parlerait qu’en répétant les dernier mots de ses interlocuteurs. Elle ne pourrait donc plus jamais user de sa voix.

LA RENCONTRE DU SAUVEUR

La jeune fille, de désespoir, s’enfuit de la capitale, condamnée à ne plus pouvoir s’adresser à personne. Poursuivie par les hommes de la reine, elle s’enfuit dans une forêt. Elle se perdit très vite, mais rencontra dans une clairière un jeune chevalier, appelé Narcisse. De peur qu’il fasse partie des troupes à sa recherche, elle se cacha d’abord. Mais sa chevelure d’or, son doux visage, son air innocent et sa beauté divine firent fondre la douce  Écho. Elle tomba sous son charme et sortit des buissons dans lesquels elle s’était cachée. Il lui était pourtant impossible de lui déclarer sa flamme ni expliquer son problème. Heureusement, le jeune homme était gentil et prit du temps pour essayer de comprendre ce qu’Écho essayait de mimer. Il comprit très vite son handicap et ils essayèrent de trouver des moyens de compréhension ensemble. Finalement, Narcisse aida Écho à retourner chez elle.

  Pendant ce temps, Héra partit à la recherche d’Écho dans la forêt. Le destin fit que la reine se trompa de gourde, et but l’une de ses préparations empoisonnées. Elle subit donc le même sort que celle qu’elle avait voulu punir.

UN NOUVEAU MOYEN D’EXPRESSION

 Écho, ayant retrouvé ses proches, se résolut à écrire pour s’exprimer. C’est à ce moment qu’elle découvrit que son pouvoir magique n’avait pas disparu. En effet, la magie des mots faisait aussi effet à l’écrit. Entourée de sa famille et de Narcisse qui tomba aussi amoureux, elle se mit à écrire, à raconter ses mêmes histoires qui l’avait rendue célèbre. Elle écrivit plusieurs livres et ceux-ci se vendirent très bien. Elle récupéra de l’argent et déménagea le plus loin possible de la capitale. La magicienne et l’homme à la beauté exceptionnelle se marièrent, vécurent heureux. La légende dit que la voix d’Héra, perdue à jamais dans la forêt, répète sans cesse les derniers sons des voyageurs. Nous l’appellerons l’écho.

Résumé

Écho, jeune paysanne, possède un pouvoir enchanteur : la magie des mots.

Image à la une : Relief représentant la nymphe Écho. Parc del laberint d’Horta à Barcelone. Photographie de Till F. Teenck. Disponible sur : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Relief_of_Echo_-_Parc_del_Laberint_d%E2%80%99Horta_-_Barcelona.jpg?uselang=fr.

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.