La chanson du nez cassé, d’Arne Svingen

Bart a 12 ans, presque 13, fait de la boxe, mais il n’est pas très doué, n’a pas beaucoup d’amis et a une maman obèse. Pourtant Bart a une passion secrète : il aime chanter ! Et pas n’importe quelle musique : il aime l’opéra. Pour s’exercer, il s’enferme dans les toilettes pour que personne ne l’entende. Bart est donc une personne discrète…

La chanson du nez cassé_Arne Svingen

© Magnard Jeunesse, 2014

Un jour, au collège, son professeur propose un concours de talents entre les différentes sections. Pour Bart, hors de question d’y participer. Malheureusement pour lui, sa voisine de classe, Ada, s’intéresse à lui et tente de devenir son amie.

À partir de ce moment, la vie de Bart ne sera plus jamais la même et malgré lui, il entame un voyage dont il ignorait l’existence, celui qui mène à l’âge adulte…

Un livre haut en couleurs

Arne Svingen est un auteur norvégien qui écrit pour les adultes, mais il crée principalement pour les enfants. Cela se sent lors de la lecture. La chanson du nez cassé n’est pas un livre tout rose comme on aimerait qu’il le soit pour des enfants de 11 ans. L’histoire de Bart n’a rien d’un conte de fée et rien n’est caché aux lecteurs. L’écriture est fluide et le récit avance au rythme de la vie de Bart qui nous dépeint lui-même ses péripéties.

 Édité en 2014 par Magnard Jeunesse, dès la couverture, le livre nous promet un voyage coloré et centré sur son personnage principal. Nous avons tout de suite une image de Bart qui permet donc de l’imaginer. La première de couverture nous peint un univers riche : les couleurs sont vives et plusieurs éléments nous montrent les enjeux de l’histoire avec les gants de boxe et les notes de musique. Le format proposé est  assez atypique pour une lecture conseillée à partir de 11 ans : le livre se présente en grand format pour montrer à l’enfant qu’il passe d’une lecture jeune à une lecture plus adulte.

Un Billy Elliot…chanteur !

Billy Elliot

© Gallimard jeunesse, 2007

L’histoire n’est pas sans rappeler celle de Billy Elliot, héros du roman de Melvin Burgess. Souvenez-vous, Billy est un jeune anglais de 11 ans vivant au Nord de l’Angleterre avec son père, son frère et sa grand-mère. Alors qu’il se présente à son cours de boxe, il découvre juste à côté, un cours de danse classique et se retrouve à danser en jupon et gants de boxe ! C’est le début de la passion pour Billy qui ne pense plus qu’à danser malgré les réticences de son père. Le film, récompensé de nombreuses fois, est devenu un classique du cinéma anglais ; il n’est donc pas étonnant qu’on puisse s’en inspirer. Pour ma part, c’est l’un de mes films préférés et je trouvais intéressant de pouvoir redécouvrir cette histoire : celle d’un jeune garçon plus que tout passionné.

Bien sûr, il fallait s’en inspirer mais ne pas faire juste un copier/coller de cette histoire. L’auteur n’est pas tombé dans ce piège à mon sens. À plusieurs égards Bart est différent de Billy. Au début du livre, Bart est déjà passionné d’opéra, alors que le film montre la découverte de Billy pour la danse. Les personnages s’inscrivent aussi dans des époques bien différentes. Billy Elliot se passe en 1984, année de grandes grèves de mineurs en Angleterre. Billy est donc pris dans le contexte dans lequel il vit. Bart, quant à lui, vit dans une époque moderne où les mp3 existent. On ne parle pas du contexte politique, il n’est donc pas important pour l’histoire. Dans Billy Elliot, il y a cette question « Que faire quand je serais plus grand? » que je n’ai pas forcément trouvée avec le récit de Bart. Ce dernier cherche d’abord à résoudre ses problèmes, il n’y a pas vraiment de projection dans l’avenir. Ce n’est seulement qu’à la fin qu’on retrouve ce questionnement. Ainsi, les deux univers  traitent du même sujet avec des approches différentes, ce qui est plaisant : retrouver ce personnage de garçon un peu « paumé » qui nous emmène dans sa vie tourmentée !

Un héros qui grandit !

Le livre ne raconte pas uniquement la passion de Bart pour l’opéra, mais il retrace aussi son long voyage vers l’âge adulte. Bart est, dès le début, présenté comme un héros détaché, un enfant qui a grandi trop vite au milieu d’une mère immature et d’un père inexistant. Il a aussi très peu d’amis, il préfère être solitaire. C’est sa première rencontre avec Ada, sa voisine de classe, qui va débloquer la situation. C’est elle qui le pousse à s’inscrire au concours de talents proposé par son professeur. D’autres rencontres vont aussi l’aider à avancer et le pousser à affirmer son caractère. Bart cherche secrètement son père, une autre quête qui lui tient à cœur. Lorsque j’ai découvert Bart pour la première, je ne me suis pas tout de suite attachée à ce personnage froid. Lorsqu’il nous raconte son récit, il semble être détaché de sa vie. C’est au  fil des pages qu’on a de plus en plus d’empathie pour lui. On découvre ainsi un jeune garçon passionné qui va toujours au bout de ses désirs. Mais lorsqu’on a 13 ans, les barrières n’existent pas, n’est-ce pas ? Il se découvre lui-même et ce qui est agréable à suivre, c’est qu’on voit un jeune garçon prendre conscience de ce qui l’entoure.

Une biographie révélatrice

C’est un roman qui mène le  personnage, et le lecteur lui-même, à se poser des questions sur leurs propres envies dans la vie et aussi sur l’importance de ceux qui les entourent. Pourtant, j’ai tout de même eu un peu de mal avec le récit qui pour moi, de temps en temps, connaît certaines longueurs et j’aurais aimé qu’on nous emmène encore plus loin dans la vie de Bart. Je suis donc restée un peu sur ma faim, comme si l’histoire s’était terminée brutalement. Même si la vie de Bart ne s’arrête pas là, l’auteur nous donne juste ce qu’il faut pour pouvoir imaginer le futur de Bart.

Une belle découverte qui, je pense, pourra ravir n’importe qui, fille ou garçon, à partir de 11 ans, car l’histoire aborde plusieurs points qui peuvent faire écho à un public très large et surtout mixte, même si pour ma part il m’a manqué cette petite touche d’émotion. Je n’en reste pas moins ravie de cette découverte qui permet encore une fois de faire réfléchir aux préjugés de notre société actuelle.

Bibliographie

SVINGEN, Arne. La chanson du nez cassé. Aude PASQUIER (trad). Paris : Magnard Jeunesse, 2014. ISBN 978 2 210 96007 7.

BURGESS, Melvil, HALL, Lee. Billy Elliot. Nvelle éd. Vanessa RUBIO (Trad.). Paris : Gallimard Jeunesse, 2007. Folio junior, 1157. ISBN 978-2-07-061252-9.

 

Ajoutez un commentaire