Avant toi, de Jojo Moyes

Dans un petit village perdu d’Angleterre, vit Louisa Clark. Après six ans passés à travailler dans un café, elle se retrouve sans emploi. Elle accepte alors un contrat de six mois en tant qu’aide auprès d’un tétraplégique…

Le goût de la vie

Avant toi de Jojo Moyes

© Milady, 2016

Louisa « Lou » Clark est une jeune femme de 26 ans. Elle vit dans un petit village perdu d’Angleterre avec ses parents, sa sœur, son neveu et son grand-père. Artiste et couturière dans l’âme, elle travaille dans un café en tant que serveuse lorsqu’elle se fait virer après six ans de bons et loyaux services. C’est alors que la vie de Lou est bouleversée lorsqu’elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un tétraplégique. Ce tétraplégique, c’est Will, un ancien homme d’affaires, amoureux de sensations fortes. Will souhaite mettre fin à sa vie qui le fait tant souffrir. Ses journées sont rythmées par des soins constants, par la prise de nombreux médicaments et, depuis son accident, il ne voit plus ses amis et sa « parfaite » ex-petite copine. Lou va alors relever le défi de lui faire aimer la vie malgré son handicap sans savoir que c’est elle qui en sortira changée.

Une auteure saluée par le public

Me Before You est un roman de l’auteure britannique Jojo Moyes sorti en Angleterre en 2012 aux éditions Penguin Books. Il est ensuite traduit en français par Frédéric Le Berre sous le titre Avant toi. En 2016, le livre est adapté au cinéma par la réalisatrice Thea Sharrock. Emilia Clarke et Sam Claflin jouent les deux personnages principaux : Lou et Will. C’est pourquoi, le livre possède deux couvertures différentes, l’une comportant une image tirée du film et l’autre, une image choisie par la maison d’édition Milady. Créée en 2008 par les éditions Bragelonne, la maison Milady se consacre à la publication de romans Fantasy et de science fiction. Elle est dirigée par Isabelle Varange, une ancienne libraire. Tout récemment, le 10 juin 2016, la suite du premier livre est sortie en librairie, elle se nomme Après toi et est toujours aux éditions Milady.

Une couverture qui en dit long…

La première de couverture du livre comporte les deux personnages principaux : Louisa et William en tenues de soirée. Cette photo est tirée du film car ce sont les deux acteurs qui y sont représentés. Louisa, incarnée à l’écran par l’actrice Emilia Clarke, porte une robe rouge élégante et une coiffure sophistiquée. Elle semble assise sur les genoux de Will (Sam Claflin), lui-même dans son fauteuil roulant. Il est également vêtu d’un costume. Cette photo représente l’une des scènes décrite dans le livre. Les deux personnages se regardent intensément, signe d’une histoire d’amour à venir entre eux. La quatrième de couverture est, quant à elle, très simple : le résumé du livre sur un fond blanc. Deux citations de journaux (Elle et My TF1 News) sont quand même présentes pour inciter le lecteur à acheter le livre. En effet, savoir qu’une histoire plaît à de grands journaux est une technique pour influencer l’acheteur.

Une approche réaliste sur le handicap

Le livre commence avec un premier chapitre sur la vie de William avant l’accident qui le rend tétraplégique. Will est heureux, et profite de sa vie de jeune homme d’affaires. Après ce chapitre se terminant sur le drame, le livre se centre du point de vue de Louisa. Lou est une jeune femme qui semble épanouie dans sa vie en Angleterre. C’est lorsqu’elle est engagée par la famille Traynor pour s’occuper de Will qu’elle se rend compte qu’elle passe à côté de sa vie. Will a pu profiter de sa jeunesse et de sa vitalité jusqu’à la catastrophe. Mais désormais, il est cloué dans un fauteuil avec un aide soignant : Nathan. Lors de ses journées de travail, Lou découvre alors la vie du tétraplégique. Chaque jour, Will doit prendre une quantité impressionnante de médicaments. L’auteure semble s’être beaucoup documentée sur le sujet. De plus, Jojo Moyes met en avant les difficultés de déplacement pour une personne en fauteuil roulant dans les lieux publics. Une scène met en avant ces difficultés :

J’ai fait descendre le fauteuil de Will en le tirant à reculons – et les roues se sont enfoncées de plusieurs centimètres [dans la boue].

Cela sensibilise le lecteur au fait que la société ne s’adapte pas assez aux différents handicaps. Ainsi, Will ne sort plus de chez lui car l’extérieur ne lui semble pas adapté aux fauteuils roulants, il se renferme alors sur lui-même. Il n’a presque plus de contact avec ses anciens amis. Il occupe donc ses journées entières à regarder la télévision, écouter la radio ou la musique. Malgré ses efforts, Lou va vite se rendre compte qu’il va être difficile pour elle de changer des habitudes déjà biens ancrées dans le quotidien de Will.

Le choc des cultures

La relation qu’entretiennent les deux personnages est d’abord chaotique. Lou et Will sont issus de milieux sociaux biens différents. William Traynor est originaire d’une famille riche qui possède le château de la ville de Stortfold. Louisa Clark vit quant à elle dans une petite maison avec toute sa famille (allant du grand-père au neveu). Ses parents ont du mal à joindre les deux bouts mais ils arrivent à éduquer leurs deux filles dans une aura chaleureuse et protectrice. En revanche, lors des scènes avec la famille de Will, le lecteur peut constater un manque de chaleur humaine. Cette famille reste très maladroite dans ses échanges. Au début de l’histoire, la relation entre les deux personnages principaux est tendue, ils ne s’entendent pas. Will est une personne acariâtre qui ne veut pas de l’aide de Lou et il lui fait très bien comprendre : « 

Voici ce que je sais de vous, mademoiselle Clark. Ma mère dit que vous êtes volubile, a-t-il déclaré comme s’il s’agissait d’un grand malheur. Pouvons-nous passer un accord, aux termes duquel vous ferez en sorte d’être moins volubile en ma présence ?

Lou essaye de se faire apprécier mais a des difficultés à établir un contact avec lui. On assiste à un véritable « choc des cultures » entre un homme riche qui peut se tout se permettre et une femme issue d’un milieu modeste et qui n’a pas confiance en elle. Mais au fur et à mesure, une relation d’amitié va naître pendant laquelle Will va faire comprendre à Lou qu’elle passe à côté de sa vie en restant dans cette petite ville paumée d’Angleterre. Lou n’a pas d’ambition, elle a toujours été reléguée au second plan, derrière sa sœur, jugée plus intelligente qu’elle. Lou a du mal à trouver sa place dans sa famille mais aussi dans la société. Cependant, cette différence des cultures a tendance à être un peu caricaturale notamment avec le père de William. C’est un homme riche qui trompe sa femme car il n’est plus heureux avec elle.

Un sujet qui fait débat

Jojo Moyes a décidé dans ce livre d’aborder un sujet sensible : le droit à la mort dans la dignité. En effet, Will souhaite mettre fin à ses jours dans un centre spécialisé en Suisse : Dignitas. Lou découvre qu’elle a été embauchée pour essayer de dissuader Will de mourir. Cette question est abordée selon différents points de vue dans le livre, il y a celui de la mère de Will, de Louisa, celui de Nathan, l’aide soignant, ou encore celui de Steven, le père de William. Je trouve qu’il manque le point de vue de William, qui est quand même le plus important mais qui n’est pas abordé. On n’a pas son vrai ressenti sur la question. Ce sujet est d’autant plus sensible du fait que Dignitas est un centre qui existe vraiment. Il propose aux personnes qui le souhaitent un « suicide accompagné » et s’engagent à respecter « la liberté de choix et la dignité humaine jusqu’au dernier instant de la vie ». La maison d’édition Milady propose une interview de Jojo Moyes à la fin du livre, dans laquelle elle s’exprime sur ce sujet du droit à la mort. Elle explique le cas d’un jeune rugbyman paralysé qui avait convaincu ses parents de se rendre à Dignitas. Cela l’a beaucoup marquée et l’a obligée à se renseigner sur ce sujet délicat. Le sujet de l’euthanasie est également un sujet sensible en France car le 27 janvier 2016, la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie est adoptée par le gouvernement.

Un livre émouvant et drôle à la fois

Je conseillerai ce livre à un public jeune âgé de 15 ans minimum. Je pense qu’il faut être assez mûr pour pouvoir comprendre toute l’ampleur des choix de Will. De même l’histoire d’amour, bien que n’étant pas omniprésente dans le récit, serait davantage à conseiller à un public féminin.

Je trouve que Jojo Moyes possède une écriture qui permet un lecture fluide et rapide. Elle arrive à jongler entre passages humoristiques, notamment concernant le style vestimentaire de Lou, et passages poignants sur les choix de vie de Will. Jojo Moyes arrive à transmettre beaucoup d’empathie pour le personnage de Will qui peut, au premier abord, paraître insupportable. L’auteure arrive également à nous tenir en haleine durant tout le récit jusqu’à cette fin…! Une fin qui peut d’ailleurs paraître déroutante tant elle se conclut rapidement sur la décision de Will mais elle laisse la possibilité d’une suite (qui verra le jour avec Après toi). C’est un livre dont on ressort bouleversé-e mais qui fait du bien et qui nous apprend à profiter de chaque instant que la vie nous offre.

Références :

MOYES, Jojo. Avant toi. Frédéric LE BERRE (trad.). [Paris] : Milady, 2016. ISBN : 978-2-8112-1557-6.

DIGNITAS [en ligne]. [consulté le 22/12/2016]. Disponible à l’adresse : http://www.dignitas.ch

 

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.