Qui es-tu Alaska ? de John Green

Un concentré d’adolescence

Miles Halter est un jeune adolescent timide de 16 ans qui vit en Floride. Pour lui, la vie est insignifiante : il n’a pas d’amis et rêve d’aventures. En quête d’un «Grand Peut-Être»1, il décide alors de quitter le cocon familial pour intégrer le pensionnat du lycée de Culver Creek, en Alabama, suivant ainsi les traces de son père et de ses oncles. Il y fera des rencontres marquantes, dont celle de la belle Alaska Young. Insaisissable et mystérieuse, celle-ci va éveiller la curiosité du jeune Miles…

Couverture de Qui es-tu Alaska ?

© Éditions Gallimard Jeunesse, 2007

Qui es tu Alaska ? est le premier livre de John Green.

Publié dans sa version originale en 2005 sous le nom de Looking for Alaska, il a été traduit en français par Catherine Gibert et publié en France en 2007 par les éditions Gallimard Jeunesse.

Ce livre a été récompensé en 2006 du prestigieux Michael L. Printz Award, prix américain du meilleur livre pour adolescents. Cela lui  valut une renommée internationale, propulsant ce livre au rang de best-seller.

Qui es-tu John Green ?

Portrait de John Green

John Green

John Green est un écrivain de romans pour adolescents et jeunes adultes, né le 24 août 1977 à Indianapolis.

Après avoir été doublement diplômé en anglais et études religieuses, il devient critique littéraire, notamment pour le New York Times, et écrit des chroniques pour des émissions de radio. C’est à 25 ans qu’il publie son premier roman, Looking for Alaska, en parallèle de son travail, qu’il quittera pour se consacrer à sa nouvelle carrière d’auteur.

Quatre romans plus tard, après la publication du best-seller Nos Étoiles Contraires en 2012 et son adaptation au cinéma, John Green a été sélectionné par le magasine Time parmi « les 100 personnes les plus influentes du Monde » en 2014.

Une deuxième rencontre avec l’auteur

Pour ma part, ce n’est qu’en 2014 que j’ai connu John Green grâce à une amie qui m’avait conseillé de lire Nos Étoiles Contraires. Moi qui ne lisais plus beaucoup en dehors de la lecture scolaire, je dois dire que John Green m’a réconcilié avec la lecture grâce à ce livre que j’ai adoré !

Ce n’est que deux ans après que je reviens vers John Green avec Qui es tu Alaska ?. C’est donc en ayant déjà eu une première expérience de lecture avec cet auteur, et ainsi avec une certaine attente, que j’ai entamé la lecture ce roman. Et pour la seconde fois, John Green m’a agréablement surpris.

La couverture du livre est très sobre. Elle est noire et contient pour seule illustration une marguerite blanche. Ainsi, elle dévoile peu de choses et dégage visuellement un effet de mystère qui nous donne envie d’ouvrir le livre pour en savoir plus.

Des personnages singuliers et attachants

L’une des forces majeures de Qui es tu Alaska ? est qu’on s’attache très vite au personnage principal, Miles, ainsi qu’aux autres personnages avec qui il va se lier d’amitié à Culver Creek. Et ce pour plusieurs raisons.

Les quatre personnages principaux ont des profils très différents, aussi bien physiquement que mentalement, ce qui les rend uniques.

Ainsi, Miles est un garçon calme qui a pour étrange hobby de retenir les dernières paroles de personnages illustres avant leur mort. Il est grand et fin, ce qui l’oppose dès le départ au premier ami qu’il va se faire à Culver Creek : son colocataire Chip Martin. Chip est, quant à lui, petit et musclé. Il est très vif et a un tempérament de leader. Il présentera à Miles ses deux meilleurs amis, Takumi Hikohito, et Alaska Young. Takumi est un japonais fan de hip-hop, caractérisé par son intelligence. Enfin, Alaska, est une jeune fille féministe, mystérieuse, rebelle et lunatique, qui adore lire.

Malgré leurs différences, c’est une incroyable histoire d’amitié qui va lier ces quatre adolescents.

Ce groupe d’amis est également caractérisé par leur grand sens de l’humour. Par exemple, Chip, lui-même surnommé « le colonel » par ses amis, va attribuer à Miles le surnom « le gros », en contradiction avec son physique maigre et allongé. Les conversations des personnages sont, de même, truffées de répliques humoristiques.

Enfin, tout au long du livre chaque personnage dévoile un peu plus son histoire. John Green appuie bien, en effet, sur la psychologie des personnages, les rendant à la fois drôles et touchants.

Des dialogues très réalistes

Ce qui ressort de ce livre c’est également le langage très naturel des personnages, et la sincérité qui s’en dégage. En lisant ce roman, on a alors l’impression de suivre une vraie discussion entre des amis.

Mais cet effet de réalisme va peut-être plus loin qu’on ne pourrait le penser au premier abord !

En effet, on peut remarquer d’étranges similitudes entre Miles Halter et John Green ! Premièrement, ce dernier a lui aussi grandi à Orlando en Floride, avant de partir étudier à l’Indian Springs School, une école privée avec internat en Alabama. De plus, John Green révèle, dans une note à la fin du roman, qu’il cultive une passion pour les dernières paroles de personnages illustres… comme le personnage qu’il a créé ! Cette troublante ressemblance entre John Green et Miles Halter nous pousse alors à nous demander quelle est la frontière entre le réel et la fiction dans ce livre.

Le roman de l’adolescence

Pour moi, « Qui es-tu Alaska ? » est le livre adolescent par excellence.

En effet, il s’agit d’un livre pour les adolescents qui traite de… l’adolescence !

Pour ce faire nous suivons le personnage de Miles Halter qui traverse cette fameuse période de la vie où l’on est à la quête d’expériences, et à la recherche constante de réponses à nos questions.

À ce sujet, « Qui es-tu Alaska ? » est en quelque sorte le livre des « premières fois ». Ainsi, à Culver Creek, Miles va se faire ses premiers amis. Avec eux, il va faire ses premiers canulars, va fumer ses premières cigarettes, et va boire de l’alcool pour la première fois. Il va également connaître sa première expérience sexuelle et tomber amoureux, là encore pour la première fois.

Ce roman va également donner lieu à des réflexions sur la vie, la mort, et la quête de sens. Ces réflexions découlent en particulier de cours de religions affectionnés par le personnage principal, sûrement en clin d’œil au cursus universitaire de l’auteur.

Au-delà d’une incroyable histoire d’amitié, ce livre va donc balayer une grande diversité de sujets qui sont au cœur des pensées des adolescents.

Un livre intense

Enfin, la grande force de ce roman est de nous faire traverser une multitude d’émotions. Ainsi, on passe des rires aux larmes d’une page à l’autre.

De plus, pour moi qui ne suis plus adolescent, s’ajoutait aussi à cela un brin de nostalgie. En effet, ce livre m’a fait replonger dans mes souvenirs, et m’a fait repenser à des situations que j’ai effectivement vécues avec mes amis lorsque nous étions au lycée.

Au sujet de la force des émotions, John Green avait d’ailleurs déclaré :

J’adore l’intensité que les adolescents mettent, non seulement dans leur premier amour, mais aussi dans leurs premiers chagrins, la première fois qu’ils affrontent la question de la souffrance et du sens de la vie

Dans ces propos, l’auteur résume toute la beauté de ce livre : exploiter le quotidien des adolescents pour nous faire vivre des émotions d’une exceptionnelle intensité.

Enfin, j’ai adoré l’originalité de la narration qui nous tient en haleine. En effet, ce livre est divisé en deux : un avant, et un après. Chaque chapitre nous amène ainsi à un décompte vers un événement dont nous savons rien. On imagine alors des hypothèses, et on n’a qu’une envie : découvrir le passage qui va faire basculer l’intrigue à un autre niveau.

Mais pour moi cet avant et cet après n’est pas seulement interne à l’intrigue : ce roman est tellement intense qu’il y a également un avant et un après la lecture de celui-ci.

Ainsi, je recommande vivement la lecture de ce livre pour des adolescents à partir de 15 ans ainsi qu’aux jeunes adultes. Si le thème de l’adolescence amène parfois des dialogues que certains pourraient juger immatures, ce que je retiens de ce livre c’est une multitude d’émotions fortes et authentiques.

J’ai retrouvé la même plume légère et fraîche qui m’avait tant plu dans Nos Étoiles Contraires, celle qui nous donne sans cesse envie de continuer notre lecture, chapitre après chapitre, sans s’en rendre compte.

Ce livre est donc pour moi un gros coup de cœur, et m’a définitivement donné envie de lire les autres ouvrages de John Green.

Références Bibliographiques

  • GREEN, John. Qui es-tu Alaska ?. Catherine GIBERT (trad.). [Paris] : Gallimard Jeunesse, DL 2007. Scripto. ISBN 978-2-07-057799-6
  • GREEN, John. Nos étoiles contraires. Catherine GIBERT (trad.). [Paris] : Nathan, impr. 2013. ISBN 978-2-09-254303-0

Sitographie


1 Citation de Rabelais (« Je pars en quête d’un Grand Peut-Être ») qui va inspirer Miles Halter à partir en Alabama.

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.